La saison des naissances commencera sous peu pour les bélugas du Saint-Laurent, et pour leur offrir une zone de quiétude, Parcs Canada a annoncé une zone d’exclusion à la navigation dans le secteur de la baie Sainte-Marguerite, dans le fiord du Saguenay. Ainsi, du 21 juin au 21 septembre de chaque année, les embarcations — qu’elles soient des bateaux à moteur, des kayaks, des canots, des voiliers ou des chaloupes — ne doivent pas circuler dans la zone en rouge sur la carte, afin de limiter le dérangement des bélugas du Saint-Laurent, une population en voie de disparition.

La baie Sainte-Marguerite fait partie de l’habitat estival essentiel à la survie du béluga. Elle représente un lieu d’importance pour les femelles et les jeunes bélugas, qui utilisent la baie comme une aire de repos, de socialisation et de soins. À partir des données d’observation récoltées par les chercheurs de Parcs Canada et de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq), l’équipe de conservation de Parcs Canada a pu délimiter la zone la plus fréquentée par les bélugas femelles et leurs petits, année après année.

Pour Robert Michaud, directeur scientifique du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins, cette initiative est un bon pas : «Les bélugas du Saint-Laurent ont besoin de tout notre aide pour parvenir à se rétablir. La baie Sainte-Marguerite est le bon endroit pour commencer la création de refuges acoustiques, vu son importance pour les bélugas du Saint-Laurent. Ce secteur bien connu du public permettra de faire connaitre et de faire comprendre cette mesure de protection des bélugas, et, nous l’espérons, inspirera la création de d’autres refuges acoustiques ailleurs dans l’habitat essentiel du béluga».

Cet été, le GREMM participe à deux projets de recherche au cœur de la baie Sainte-Marguerite, soit un projet sur la communication et le masquage par le bruit lié à la navigation en collaboration avec Ocean Wise et un sur les soins allo-parentaux, soit les soins portés à un jeune de la part d’autres bélugas adultes que sa mère, avec l’Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador. Ces projets de recherche sont sous l’autorisation de permis de recherche dans le cadre du Règlement sur les activités en mer du parc marin Saguenay–Saint-Laurent. Pour minimiser le dérangement sur les bélugas du Saint-Laurent, les activités de recherche se dérouleront à partir d’une tour temporaire érigée dans la baie.

La mesure de la zone d’exclusion à la navigation s’ajoute au Règlement sur les activités en mer dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, qui a été mis à jour en 2017 pour renforcer les mesures de protection pour les mammifères marins.

Actualité - 21/6/2018

Marie-Ève Muller

Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM depuis 2017. Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques, des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.

Articles recommandés

Un baleineau à bosse de quatrième génération: celui d’Aramis!

Bonne nouvelle! Aramis, fille de la célèbre rorqual à bosse Tic Tac Toe, a récemment donné naissance à son tout…

|Actualité 26/3/2020

Opportunité de bourse de maitrise en concertation et co-construction pour réduire l’exposition des baleines au bruit sous-marin

Titre de la maitrise: Concertation et co-construction pour réduire l’exposition des baleines au bruit sous-marin cumulatif de la navigation dans l’estuaire du…

|Actualité 25/3/2020

S’accrocher à travers les époques: des balanes-balises sur les baleines

Il est estimé que les baleines ont atteint leur taille actuelle y a 4,5 millions d’années, alors qu’elles existent depuis…

|Actualité 19/3/2020