Une envolée spectaculaire

  • 183 000 parulines volant vers le sud ont été recensées par l’Observatoire d’oiseaux de Tadoussac (OOT) dans le secteur de la Pointe-à-John, à Grandes-Bergeronnes. © Cephas
    18 / 06 / 2018 Par Camille Bégin-Marchand

    À la fin mai et au début juin, des envolées exceptionnelles de parulines et de passereaux ont survolé la région du parc marin Saguenay–Saint-Laurent. Le 28 mai dernier, 183 000 parulines volant vers le sud ont été recensées par l’Observatoire d’oiseaux de Tadoussac (OOT) dans le secteur de la Pointe-à-John, aux Grandes-Bergeronnes. En période de migration printanière, les oiseaux entrainés trop loin vers le nord reviennent vers le sud. On appelle ce phénomène la correction migratoire, phénomène observé à plusieurs reprises dans la région. Ce printemps est particulièrement exceptionnel pour la migration des oiseaux. Selon le directeur de l’OOT, cela s’expliquerait par une bonne année de reproduction en 2017, peut-être associée à une abondance de nourriture disponible. L’OOT est situé stratégiquement dans un corridor de migration longeant la rive nord de l’estuaire du Saint-Laurent. Gardez l’œil ouvert, certains oiseaux migrateurs sont encore présents dans le secteur.

     


    Camille Bégin Marchand travaille au GREMM depuis 2013. Elle a commencé comme naturaliste au Centre d’interprétation des mammifères marins, mais son intérêt pour l’écriture scientifique l’a menée à travailler comme rédactrice pour Baleines en direct. Passionnée par la biologie et amoureuse de la région, elle fait aussi une maitrise en sciences de la forêt en collaboration avec l’Observatoire d’Oiseaux de Tadoussac.QA