Une carcasse de béluga s’est échouée aux Méchins, en Gaspésie, le 6 aout. Le béluga nouveau-né avait encore son cordon ombilical. «La perte d’un nouveau-né est toujours une mauvaise nouvelle pour une population en voie de disparition. Ce jeune ne viendra pas participer au rétablissement de l’espèce», constate Robert Michaud, président et directeur scientifique du GREMM et coordonnateur du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins.

Depuis le début de l’année, douze carcasses de bélugas ont été trouvées le long du Saint-Laurent. Ce nombre ne représente pas le nombre réel de décès, mais bien celui des carcasses découvertes. Voici la chronologie de ces évènements :

  • 28 mars: un béluga de sexe indéterminé est retrouvé à Sainte-Luce
  • 8 avril : une femelle est retrouvée à Baie-des-Sables
  • 13 mai : un jeune mâle est retrouvé à Rimouski
  • 31 mai : une femelle adulte est retrouvée à Saint-Denis-de-la-Bouteillerie
  • 1erjuin : un adulte au sexe indéterminé est retrouvé à Havre-Saint-Pierre
  • 16 juin : un adulte au sexe indéterminé est retrouvé à Sept-Îles
  • 18 juin : un mâle adulte est retrouvé à Saint-Ulric. Il est mort des suites d’un empalement dans l’œil avec un pieu.
  • 5 juillet : une femelle  adulte est retrouvée à Sainte-Flavie, il s’agit de DL0584. Elle est morte des suites d’une dystocie.
  • 16 juillet : une femelle adulte est retrouvée à Grosses-Roches
  • 1eraout : une femelle adulte est retrouvée à Rivière-du-Loup
  • 2 aout : un mâle juvénile est retrouvé à Saint-Fabien
  • 6 aout : un nouveau-né est retrouvé aux Méchins

Une carcasse de béluga a aussi été trouvée en Nouvelle-Écosse. Pour le moment, sa population d’origine n’est pas connue.

Ce grand nombre d’échouages peut sembler inquiétant pour cette population en voie de disparition. Cependant, il est trop tôt pour savoir s’il est anormal. «Une quinzaine de carcasses sont retrouvées annuellement. Avant la fin de la saison, c’est difficile de tirer des conclusions», indique Robert Michaud. Le suivi des mortalités des bélugas du Saint-Laurent permet de mieux comprendre cette population pour ainsi mieux la protéger.

En 2018, 12 carcasses de bélugas du Saint-Laurent ont été retrouvées. En 2017, 22 carcasses avaient été trouvées et en 2016, ce nombre était de 14.

Pourquoi trouve-t-on autant de carcasses sur la rive sud du Saint-Laurent?

L’endroit où une carcasse s’échoue n’est pas nécessairement lié à son lieu de décès. Plusieurs facteurs environnementaux s’accumulent et poussent la majorité des carcasses vers la rive sud du Saint-Laurent, dans le Bas-Saint-Laurent et le début de la Gaspésie. Ces facteurs sont entre autres la configuration du Saint-Laurent, les courants, la force de Coriolis et les vents dominants du sud-ouest.

Urgences Mammifères Marins - 7/8/2019

Marie-Ève Muller

Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM depuis 2017 et est porte-parole du Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM). Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques, des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.

Articles recommandés

Pourquoi signaler une carcasse?

C’est simple: en signalant une carcasse au Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM), vous contribuez à la conservation…

|Urgences Mammifères Marins 20/7/2020

Un jeune phoque barbu à Laval

Un jeune phoque de l’espèce phoque barbu est observé du 23 juin au 28 juin à Laval, à la marina…

|Urgences Mammifères Marins 25/6/2020

Dans les coulisses du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins

Que se passe-t-il de l’autre côté de la ligne pendant et après le signalement d’un cas au Centre d’appels du…

|Urgences Mammifères Marins 23/6/2020