Un rorqual commun à la queue estropiée

  • Les deux lobes de la queue sont incomplets. © GREMM
    08 / 09 / 2017 Par Collaboration spéciale

    Un texte d’Audrey Tawel-Thibert

    Voilà une curieuse observation rapportée fréquemment au cours du dernier mois. Un rorqual commun du parc marin présente la queue au moment de plonger, un comportement déjà inusité pour l’espèce. Mais le plus surprenant est l’état lamentable de sa nageoire caudale : les deux lobes sont mutilés. Toutefois, les plaies ne sont pas à vif. Cette vieille blessure témoignerait-elle d’une collision avec un bateau ? Sans pouvoir l’affirmer avec certitude, ce serait une hypothèse plausible. En 1997, un autre individu avec un lobe en moins avait d’ailleurs été photographié au large de Gaspé, et la même chose a été remarquée chez une carcasse de baleine noire cet été.

    Le trauma a vraisemblablement influencé la façon dont l’animal se déplace désormais. Cet individu pour l’instant inconnu lève la queue avant de s’enfoncer dans les profondeurs ; les muscles du pédoncule pourraient être plus mobilisés qu’à l’ordinaire afin de retrouver une puissance de propulsion sans doute amoindrie par la partie manquante de la nageoire caudale.


     

    Audrey Tawel-Thibert s’est jointe à l’équipe du GREMM en 2016 à titre d’assistante de recherche pour le programme de recensement photographique des grands rorquals. De retour cette année comme rédactrice et naturaliste, elle met sa plume au service de Baleines en direct et de Portrait de baleines et partage sa passion des baleines aux visiteurs du Centre d’interprétation des Mammifères Marins (CIMM).