En ce début d’année, le gouvernement étasunien a rendu public son plan de rétablissement des bélugas de Cook Inlet, une population inscrite à la liste des espèces menacées. Les facteurs ayant empêché cette population de se rétablir au cours des 16 dernières années demeurent largement inconnus. Ce plan présente dix menaces potentielles et appelle à la réduction des menaces les plus préoccupantes, soit les évènements catastrophiques — telles les catastrophes naturelles et les marées noires —, les effets cumulatifs de facteurs de stress multiples, ainsi que le bruit.

La population de bélugas de Cook Inlet est l’une des cinq populations de bélugas présentes dans les eaux étasuniennes. Cook Inlet s’étend sur 290 km, de la ville d’Anchorage jusqu’au golfe d’Alaska. Comme la population du Saint-Laurent, la population de Cook Inlet vit à la limite sud de l’aire de répartition de l’espèce, elle a fait l’objet d’une chasse importante et elle est actuellement en déclin. Le relevé de 1979 a estimé la population de Cook Inlet à 1 300 individus. Elle a diminué progressivement au cours des années 1980 et au début des années 1990. Ce déclin s’est ensuite accéléré entre 1994 et 1998, dû à la chasse de subsistance, qui a pris fin en 1999. Les responsables fédéraux ont d’abord pensé que le contrôle de la chasse de subsistance permettrait à la population de se rétablir, ce qui n’a malheureusement pas été le cas. La population a été placée en 2008 sous le statut « en voie de disparition » en vertu du Endangered Species Act. La population est présentement estimée à environ 300 individus.

L’état d’Alaska avait contesté il y a huit ans l’ajout de cette population à liste des espèces menacées et conteste maintenant le plan de rétablissement. Selon Bruce Dale, directeur de la Division de la conservation de la faune de l’état d’Alaska (Alaska Division of Wildlife Conservation), le plan de rétablissement contient des critères de rétablissement irréalistes, ce qui limitera l’acceptation du plan par les parties prenantes et freinera davantage les projets de développement dans la région.

Durant l’été 2016, des chercheurs du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) ont quitté les bélugas du Saint-Laurent pour passer deux semaines avec les bélugas de Cook Inlet. Plusieurs programmes de recherche sont en cours pour identifier les facteurs qui limitent le rétablissement de ces deux populations. Une collaboration entre les chercheurs du Saint-Laurent et de Cook Inlet permet un partage de connaissances et de méthodes, afin de mieux comprendre pourquoi ces deux populations peinent à se rétablir.

Actualité - 12/1/2017

Béatrice Riché

Après plusieurs années à l’étranger, à travailler sur la conservation des ressources naturelles, les espèces en péril et les changements climatiques, Béatrice Riché est de retour sur les rives du Saint-Laurent, qu’elle arpente tous les jours. Rédactrice pour le GREMM de 2016 à 2018, elle écrit des histoires de baleines, inspirée par tout ce qui se passe ici et ailleurs.

Articles recommandés

Jour des baleines: quelques gestes pour participer à la qualité de vie des mammifères marins

La cause des cétacés préoccupe une foule de personnes dans le monde entier. Le 19 février est le jour international…

|Actualité 18/2/2021

Un rorqual commun sur deux est victime d’un empêtrement

Les rorquals communs qui fréquentent le golfe du Saint-Laurent sont beaucoup plus nombreux à porter des marques et cicatrices d’empêtrement…

|Actualité 11/2/2021

La Saint-Valentin selon les préférences des baleines

Les marques d’affection, se dire que l’on s’aime et se le témoigner par des attentions spéciales. C’est bien le propre…

|Actualité 11/2/2021