L’année 2018 a été ponctuée par des messages d’alerte face à l’urgence d’agir pour la protection de notre environnement, mais aussi de notre civilisation. Face au déni de certains, la science rétorque avec des faits : nous sommes bel et bien entrés dans une ère de bouleversements climatiques. Des citoyens et citoyennes, personnalités publiques, artistes et scientifiques du Québec, désirant voir un réel changement à l’échelle du Québec se sont réunis et ont lancé le Pacte.

Le Pacte pour la transition a pour but de stimuler les individus à réduire leur empreinte écologique pour le Québec de demain, mais également de forcer le gouvernement à agir. Chacun et chacune, à son échelle, a le pouvoir d’effectuer quelques changements qui ensemble, peuvent avoir un impact réel. Un calculateur d’empreinte écologique est d’ailleurs mis à disposition sur le site du Pacte afin de mesurer notre apport énergétique, pour pouvoir développer une stratégie personnalisée pour réduire ses émissions.

Le Pacte appelle donc les signataires à prendre des engagements qui touchent des sujets clefs tels que l’utilisation des énergies fossiles, l’alimentation ou encore nos comportements en tant que consommateur.

Au-delà d’être une simple promesse d’engagement personnel, le Pacte appelle les partis politiques à faire face à l’urgence de la situation. La conservation de la planète, c’est l’affaire de tous et de toutes.

«Nous avons deux ans pour agir sous peine de conséquences désastreuses», rappelait António Guterres, le Secrétaire général des Nations Unies, le 10 septembre 2018.

Parmi les engagements qui sont demandés au gouvernement dans le Pacte, on note principalement:

+ L’adoption d’un plan, d’ici 2020, pour s’assurer que les objectifs de réductions des émissions de gaz à effet de serre soient atteints conformément à l’accord de Paris sur le climat,

+ La cessation de l’exploration et de l’exploitation des énergies fossiles et de la subvention de ces industries au Québec,

+ Le développement d’un programme d’éducation nationale sur les changements climatiques.

Pour avoir plus d’information et pour participer au mouvement, rendez-vous sur le site Lepacte.ca

Actualité - 9/11/2018

Anthony François

Anthony François est responsable du programme d’intervention d’urgences pour les mammifères marins. Il est arrivé au GREMM en 2017, comme répondant au Centre d'appels d'urgences pour les mammifères marins et comme assistant de recherche. Biochimiste et biologiste de formation, il réalise l’importance de la vulgarisation scientifique et de la sensibilisation du public au cours de sa maitrise.

Articles recommandés

Une baleine noire en difficulté dans le golfe du Saint-Laurent

Depuis plus d’une semaine, Pêches et Océans Canada (MPO) s’efforce de localiser une baleine noire de l’Atlantique Nord qui a…

|Actualité 26/5/2022

15 baleineaux porteurs d’espoir pour les baleines noires

De novembre à avril, les baleines noires de l’Atlantique Nord donnent naissance à leurs baleineaux dans les eaux chaudes de…

|Actualité 30/3/2022

Les mesures de protection des baleines noires reconduites en 2022

Le jeudi 10 mars, Pêches et Océans Canada a annoncé les mesures de protection qui seront mises en place cette…

|Actualité 28/3/2022