«Un souffle nouveau pour la Minganie ?», questionne l’un des membres de l’équipe de la Station de recherche des Îles Mingan (MICS) après l’arrivée de plusieurs rorquals dans la région de Longue-Pointe-de-Mingan. Près de 20 rorquals communs y sont aperçus. Plusieurs rorquals à bosse y sont aussi identifiés: Aramis, Bad Chemistry, H822, et La Souffleuse (connue dans l’estuaire comme Le Souffleur). Près de Gaspé, les rorquals à bosse Tingley, Bolt, Irisept, Siam, H692, Tracks et BBR (Gaspar) sont également reconnus.

Parlant de souffle… Un excursionniste du secteur de Gaspé repère, tous les matins, les grands souffles des rorquals depuis les falaises qui surplombent la mer. Il avise alors son équipe qui mettra le cap dans cette direction pour aller observer les baleines. Le 16 juillet, il localise six rorquals communs dans le secteur du cap des Rosiers et environ six rorquals à bosse près des caps du Parc national Forillon. Le souffle de ces deux espèces est différent. Celui du rorqual à bosse est presque aussi large que haut. S’il mesure près de 3 m, celui d’un rorqual commun s’élève de 4 à 6 m, en colonne droite. C’est d’ailleurs l’indice qui met la puce à l’oreille de notre collaboratrice de Franquelin sur la présence d’un rorqual commun à 500 m de la rive le 14 juillet.

Les caractéristiques des souffles varient selon l’espèce en fonction de sa taille et de la structure de l’évent. Pour les baleines à dent, l’évent est simple (orifice) au sommet de la tête. Pour les baleines à fanons, l’évent est double et forme un bourrelet sur la tête. Les évents bien séparés de la baleine noire créent la forme du souffle en V, typique de l’espèce.

Au large de L’Anse-à-Beaufils, en Gaspésie, un capitaine aperçoit une masse sombre surmontée d’une grande nageoire dorsale. Une baleine? L’absence de souffle sème le doute. Il s’agit d’un grand requin pèlerin. Les requins, des poissons, ne respirent pas comme les baleines, des mammifères, avec des poumons. Ils possèdent des fentes branchiales. L’eau pénètre par la bouche lorsqu’ils se déplacent, passe sur les branchies et ressort ensuite par les fentes branchiales. Au passage, l’oxygène dissous dans l’eau se fixe au niveau des capillaires sanguins des branchies.

Pour en savoir plus:

Sur les souffles des baleines

Observations de la semaine - 17/7/2015

Marie-Sophie Giroux

Marie-Sophie Giroux s’est jointe au GREMM en 2005 et y a travaillé jusqu’en 2018. Elle détient un baccalauréat en biologie marine et un diplôme en Éco-conseil. Chef naturaliste, elle supervise et coordonne l’équipe qui travaille au Centre d’interprétation des mammifères marins et rédige pour Baleines en direct et Portrait de baleines. Aux visiteurs du CIMM ou aux lecteurs, elle adore « raconter des histoires de baleines ».

Articles recommandés

Dauphins d’automne

«Quoi? Des dauphins ici?», s’étonne une lectrice. Pour bien des gens, lorsqu’on parle de dauphin, l’image mentale qui apparait est…

|Observations de la semaine 17/9/2020

Troupeaux de baleines

Les souffles caverneux explosent l’un après l’autre, laissant six colonnes blanches et cylindriques s’estomper lentement. Un troupeau de rorquals communs…

|Observations de la semaine 10/9/2020

Grands voyageurs et grands dormeurs

L’été, êtes-vous du genre à toujours retourner au même camping, au même chalet, année après année ou êtes-vous plutôt nomade,…

|Observations de la semaine 3/9/2020