Nouveau, 28 mai 2013 : Plusieurs personnes ont signalé la présence de bébés phoques communs sur les plages (trois animaux différents) dans les derniers jours. Dans certains cas, les gens ont malheureusement posé des gestes avant d’appeler, croyant l’animal en difficulté. Heureusement, tout s’est bien terminé: les animaux, une fois laissés en paix, ont fini par repartir, probablement avec leur mère revenue les chercher. Ces cas illustrent l’importance de bien diffuser les messages de sensibilisation et les consignes à suivre!

Lorsque le temps chaud frappe à nos portes, plusieurs personnes vont se balader sur les berges du Saint-Laurent. Il est alors possible qu’elles découvrent un jeune phoque commun échoué sur une plage. Cette situation, pour un observateur non averti, peut sembler alarmante et même inciter à l’action. Il faut savoir que dans la plupart des cas, l’animal est en bonne santé et se trouve dans une situation tout à fait normale. Au contraire, une intervention peut lui être fatale!

En effet, le début de la belle saison correspond à la période des naissances chez le phoque commun. Les jeunes peuvent être observés, à l’eau ou sur la terre ferme, criant après leur mère qui les a laissés soit pour aller s’alimenter en haute mer (durant la période de l’allaitement : de mai au début juillet), soit définitivement (après le sevrage : de la mi-juin à la fin juillet). Afin de concentrer leur énergie à la croissance, les petits se reposent beaucoup hors de l’eau, souvent sur les plages. Ils sont pour la plupart du temps inconscients des différents dangers qui les guettent et ne fuient pas à l’approche d’un humain.

Si vous voyez un jeune phoque sur le rivage, il est important de garder vos distances, de tenir les animaux domestiques éloignés et surtout, de ne pas le manipuler. Si le petit n’est pas sevré, sa mère est probablement à l’eau à proximité attendant le retour de la marée pour venir le récupérer. La présence d’humains à proximité ou une odeur humaine sur le petit pourraient inciter la mère à l’abandonner définitivement. Le petit serait alors destiné à la mort. Si le jeune est sevré, une période d’adaptation pendant laquelle il cherche sa mère est normale. Il doit faire seul l’apprentissage de la vie et la présence humaine pourrait lui être néfaste. De plus, il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit d’un animal sauvage. Il peut vous mordre et il y a possibilité de transmission de maladies infectieuses.

Cependant, si vous voyez un phoque qui reste au même endroit sans retourner à l’eau pendant plus d’une marée haute, sur une plage à proximité des humains, cela peut signifier que l’animal est en difficulté. Contactez alors le 1-877-7BALEINE (1-877-722-5346).

Urgences Mammifères Marins - 28/5/2013

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins se dote d’une équipe mobile

Afin de pouvoir répondre plus rapidement et plus efficacement aux urgences impliquant des mammifères marins le long des rives du…

|Urgences Mammifères Marins 11/8/2020

Pourquoi signaler une carcasse?

C’est simple: en signalant une carcasse au Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM), vous contribuez à la conservation…

|Urgences Mammifères Marins 20/7/2020

Un jeune phoque barbu à Laval

Un jeune phoque de l’espèce phoque barbu est observé du 23 juin au 28 juin à Laval, à la marina…

|Urgences Mammifères Marins 25/6/2020