En décembre 2021, une lueur d’espoir est née lorsque Snow Cone a été aperçue avec un nouveau-né, et ce malgré son quatrième empêtrement dans un engin de pêche. Toutefois, les scientifiques qui l’ont revue 7 mois plus tard en juillet 2022 ont dressé un portrait plutôt sombre de sa condition physique, en plus de noter l’absence de son veau à ses côtés. Le 21 septembre dernier, Snow Cone a été observée au sud du Massachusetts par les experts du New England Aquarium. Les nouvelles sont mauvaises ; Snow Cone semble condamnée à mourir.

Une femelle reproductrice porteuse d’espoir pour son espèce

Snow Cone fait partie des quelques 350 individus restant de la population des baleines noires de l’Atlantique Nord, classée « en voie de disparition », et toujours menacée par les collisions avec les navires et les empêtrements dans les engins de pêche. Snow Cone tient son nom d’une protubérance en forme de cornet de glace située à l’avant de son évent. Cette baleine, qui est née en 2005 et aurait aujourd’hui 17 ans, a été attitrée le numéro d’identification 3560 par les scientifiques du New England Aquarium (Anderson Cabot Center for Ocean Life). Snow Cone étant une femelle, elle a une importance particulière pour la survie de son espèce puisque les naissances et la survie des veaux sont le seul espoir pour le rétablissement de la population. Selon Philip Hamilton, scientifique sénior au New England Aquarium, la mort prématurée d’une femelle peut priver la population de 25 à 30 nouvelles baleines, lesquelles seraient nées de celle-ci et de sa descendance. Jusqu’à maintenant, Snow Cone a été vue avec deux veaux, soit en 2020 et 2021, et a été identifiée dans le golfe du Saint-Laurent en 2017, 2018, 2019 et 2020.

Quand le malheur frappe

En mars 2021, Snow Cone a été repérée trimballant des centaines de pieds d’engins de pêche. Une première opération de désempêtrement a alors pris place, suivie d’une deuxième en mai 2021, lesquelles ont permis de retirer une importante quantité de cordage. Malheureusement, Snow Cone est demeurée empêtrée, en plus d’être grièvement blessée, une partie de la corde s’étant incrustée dans l’os de sa mâchoire supérieure. Lorsqu’elle a été revue en juillet 2022, sa condition physique s’était détériorée; elle était émaciée et présentait des lésions cutanées. Les experts avaient alors affirmé que ses blessures engendraient probablement beaucoup de douleur et affectaient vraisemblablement sa qualité de vie, sa capacité à s’alimenter, à se reproduire, à se déplacer et à survivre.

À peine deux mois plus tard, le 21 septembre 2022, les scientifiques du New England Aquarium ont repéré Snow Cone au sud de Nantucket lors d’un survol aérien et l’ont retrouvée dans un état bien pire que le précédent. La baleine traîne maintenant encore plus de filets de pêche qu’en juillet, ce qui signifie qu’elle est victime d’un cinquième empêtrement, et ce alors qu’elle n’avait jamais été totalement libérée du quatrième. Son état de santé est inquiétant. Snow Cone se déplace de façon anormalement lente et semble incapable de plonger. Son corps est couvert de poux de baleines, signe d’un mauvais état de santé, et présente des marques de dents. Son incapacité à remplacer l’énergie additionnelle qu’elle dépense pour trainer ces filets est reflétée dans sa condition corporelle, laquelle s’est nettement détériorée depuis juillet. Les scientifiques sont convaincus que sa mort est inévitable.

Une histoire de famille

La bataille que mène Snow Cone pour survivre aux menaces anthropiques n’est pas unique. Au-delà de 86% des baleines noires de l’Atlantique nord auraient subi un empêtrement au cours de leur vie. Plusieurs d’entre elles en ont été victime au moins deux fois, et parfois même jusqu’à huit fois ! Qui plus est, des chercheurs observent une augmentation de la sévérité des empêtrements au fil du temps.

Snow Cone ne sera pas la première de sa famille à mourir prématurément. Son premier veau, né en 2020, est décédé à l’âge de six mois à la suite d’une collision avec un navire. Le veau de sa sœur Infinity a subi un sort similaire en 2021. Cottontail, le neveu de Snow Cone, a aussi été emporté par un empêtrement en 2021. À ce jour, son 2ième veau n’a pas été revu.

Depuis 2017, les baleines noires de l’Atlantique nord font l’objet d’un taux de mortalité supérieur à la normale et il ne resterait qu’environ 350 individus dans cette population. De 2017 à 2022, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) a recensé de multiples cas de décès et de blessures graves, plusieurs découlant de collisions et d’empêtrements. Les animaux classés dans la catégorie « blessures sérieuses » sont considérés à haut risque de mourir de leurs blessures. En 2022, le nombre de baleines avec des blessures graves s’élève à 3 et aucune mortalité n’a encore été confirmée. Les animaux blessés par empêtrement sont Sundog (#3823), Meridian (#1403) et le veau de #3720.

L’imposante proportion de baleines noires de l’Atlantique nord qui meurt ou subit des blessures graves de cause humaine souligne l’importance d’agir et de mettre en place des mesures de conservation dans le but d’éliminer ou de réduire significativement les empêtrements et les collisions avec des navires.

Actualité - 14/10/2022

Véronique Genesse

Véronique est biologiste et rédactrice pour Baleines en direct. Elle a découvert son amour pour les baleines suite à d'inoubliables rencontres avec ces géants des mers et s'est intéressée à leur conservation après avoir pris connaissance des menaces auxquelles elles sont confrontées. Elle croit que l'implication du public est primordiale afin d'assurer le succès des projets de conservation.

Articles recommandés

Sélection de livres sur les baleines à découvrir

En cette saison froide, nombre d’espèces de baleines ont quitté le Saint-Laurent. Observer ces cétacés en chair et en os…

|Actualité 8/12/2022

La quête de nourriture des baleines noires de l’Atlantique Nord

Depuis 2015, une présence accrue des baleines noires de l’Atlantique Nord est remarquée dans le golfe du Saint-Laurent. L’événement de…

|Actualité 8/12/2022

Un fossile sous la loupe

Un fossile de baleine grise (Eschrichtius robustus) de l'Atlantique avait été identifié à tort comme étant une baleine à bosse,…

|Actualité 17/11/2022