Plusieurs projets de conservation visent à protéger des habitats essentiels de populations de mammifères marins avec comme objectif entre autres d’y atténuer le niveau de bruit causé par l’homme. Cette pollution sonore est l’une des principales menaces pour ces animaux qui utilisent les sons dans plusieurs de leurs activités vitales. Une équipe de chercheurs a récemment proposé une nouvelle avenue: identifier et protéger des habitats fréquentés par des mammifères marins, et qui échappent encore à ce jour à l’activité humaines; des lieux relativement tranquilles.

L’étude, parue dans la revue Marine Pollution Bulletin en septembre 2015, s’est surtout penchée sur des sites «calmes» qui pourraient devenir des «sanctuaires acoustiques», où le silence serait préservé, du côté de la Colombie-Britannique. L’équipe a établi des cartes présentant des habitats à risque (niveau de bruit élevé) et des habitats tranquilles, et ce pour une dizaine d’espèces de mammifères marins (phoques et cétacés) de la région. Ces cartes pourraient éventuellement servir à des mesures de ralentissement des navires ou établir de nouvelles routes de navigation, toujours dans le but de réduire la pollution sonore.

Selon le biologiste Rob Williams, l’un des instigateurs du projet et co-fondateur de Oceans Initiative, ces lieux devraient être protégés sans plus attendre, d’autant plus qu’ils représentent une cible relativement facile à atteindre, car ils sont encore peu utilisés par l’humain. L’un des principaux enjeux entourant l’établissement d’aires marines protégées est généralement la conciliation avec les activités humaines s’y déroulant.

Depuis plus de cinquante ans, les activités anthropiques ont complètement transformé la trame sonore des océans avec la navigation maritime, les activités militaires et pétrolières. Les mammifères marins dépendent des sons pour se diriger, s’alimenter, se reproduire et socialiser. Avec la chasse, la perte d’habitats et la contamination chimique, le bruit est aujourd’hui reconnu comme l’une des menaces les plus dangereuses pour la survie des mammifères marins.

Source:

Quiet(er) marine protected areas

Pour en savoir plus :

“Acoustic Sanctuaries:” The Newest Way to Save the Whales

New study identifies acoustic sanctuaries for marine mammals

Sur Baleines en direct

La pollution sonore

Actualité - 6/2/2016

Marie-Sophie Giroux

Marie-Sophie Giroux s’est jointe au GREMM en 2005 et y a travaillé jusqu’en 2018. Elle détient un baccalauréat en biologie marine et un diplôme en Éco-conseil. Chef naturaliste, elle supervise et coordonne l’équipe qui travaille au Centre d’interprétation des mammifères marins et rédige pour Baleines en direct et Portrait de baleines. Aux visiteurs du CIMM ou aux lecteurs, elle adore « raconter des histoires de baleines ».

Articles recommandés

Cinq excellentes raisons de célébrer les baleines

Le 19 février, c’est la journée internationale des baleines. Voici 5 raisons d’aimer les baleines! 1. Les baleines ont un…

|Actualité 20/2/2020

Marie-Hélène D’Arcy: le regard le plus aiguisé du GREMM

Afin de souligner la Journée internationale des femmes et des filles en science, l’équipe de Baleines en direct a voulu…

|Actualité 11/2/2020

GNL Québec promet de créer un fonds pour contrer la pollution sonore sous-marine

Par voie de communiqué, GNL Québec s’est engagé à mettre en place un fonds de 5 millions de dollars pour…

|Actualité 11/2/2020