Je ne me doutais pas de finir ma saison 2016 avec autant d’observations de rorquals à bosse dans l’estuaire. C’est habituellement la meilleure période pour y observer les rorquals bleus et, effectivement, j’ai eu la chance d’en rencontrer une vingtaine assez tard cet automne.

Lors de ces derniers jours d’octobre, soit le 20 et le 29, j’ai pu profiter de deux journées relativement propices pour sortir au large dans l’estuaire. Pour ces sorties, j’étais accompagné par Katy Gavrilchuk et David Gaspard, deux biologistes de l’équipe de la Station de recherche des îles Mingan, qui venaient de terminer leur saison à la station. Toujours très enrichissant de pouvoir profiter de l’expertise de ces professionnels du domaine. Merci à eux.

En cette saison, j’ai l’habitude de patrouiller le secteur de la baie de Mille-Vaches jusqu’à Forestville à l’est. Cette année, ce secteur étant particulièrement déserté par les grands rorquals, j’ai donc poussé mes recherches plus à l’est, soit entre Forestville et Pointe-aux-Outardes.

Ce fut une révélation. Je ne m’attendais pas d’y rencontrer autant de rorquals à bosse à cet endroit, si tard en saison. Treize individus au total. De plus, ces animaux étant des visiteurs réguliers en été du secteur Mingan, j’ai pu observer pour la première fois plusieurs individus que je n’avais jamais eu la chance de voir sur la péninsule gaspésienne. Ce groupe de rorquals à bosse avait été observé au large de la Côte-Nord tout au cours de l’été, se déplaçant lentement vers l’ouest, jusqu’à arriver en face de chez moi. Ils ont semblé bien apprécier l’embouchure de la rivière Betsiamites, jusqu’à une dizaine de milles au large de la Pointe-à-Michel.

Bilan de mes observations personnelles pour la saison 2016:

1406 milles nautiques parcourus (2600 km) sur l’eau en Gaspésie et dans l’estuaire du Saint-Laurent;
57 observations de rorquals à bosse, dont 32 individus différents;
55 observations de rorquals communs, dont environ une quarantaine d’individus;
33 observations de rorquals bleus, dont 20 individus.

Somme toute une bonne saison normale.
Merci de votre intérêt pour mes carnets de terrain et,
Bon hiver!

[metaslider id=21963]
RenéRené Roy est un cétologue amateur, passionné de la mer et des baleines, résidant à Pointe-au-Père, dans le Bas-Saint-Laurent. Depuis plusieurs années, il entreprend des expéditions de photo-identification pour le compte de la Station de recherche des îles Mingan (MICS), principalement en Gaspésie. Il est également bénévole pour le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins.

Carnet de terrain - 3/11/2016

René Roy

René Roy est un cétologue amateur, passionné de la mer et des baleines, résidant à Pointe-au-Père, dans le Bas-Saint-Laurent. Depuis plusieurs années, il entreprend des expéditions de photo-identification pour le compte de la Station de recherche des iles Mingan (MICS), principalement en Gaspésie. Il est également bénévole pour le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins.

 On peut voir ses photos sur Facebook

Articles recommandés

Avec les visiteurs… au Centre d’interprétation des mammifères marins en période de COVID-19

Qu’elles se déroulent sur l’eau ou sur la terre, les activités de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur…

|Carnet de terrain 9/9/2020

Avec les bélugas… photographiés de la rive

Depuis 8h le matin, l’assistant de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), Mathieu Marzelière,…

|Carnet de terrain 3/9/2020

Tout ce qu’il y a dans un nom : étudier les cris des bélugas sauvages

Par Valeria Vergara, chercheuse affiliée à Ocean Wise Ce billet a d’abord été publié sur le blogue d’Ocean Wise en…

|Carnet de terrain 24/8/2020