Qui est la baleine la plus photographiée du parc marin? Et laquelle vient depuis le plus longtemps?

  • Caïman, ici photographiée avec son veau en 2017, est le grand rorqual le plus souvent vu dans l'estuaire. © GREMM
    12 / 06 / 2018 Par Marie-Ève Muller

    Siam, Gaspar, Ti-Croche. Leurs noms deviennent familiers tellement nous les répétons souvent. Mais en réalité, qui sont les baleines les plus photographiées du parc marin Saguenay–Saint-Laurent? Après de longues analyses de milliers de photos, l’équipe du programme de suivi des grands rorquals du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins est maintenant prête à nous partager quelques résultats!

    Les rorquals avec la plus longue histoire de vie documentée

    Siam est le doyen des grands rorquals encore présents dans le parc marin Saguenay-Saint-Laurent © GREMM

    1. Siam

    Ce rorqual à bosse mâle a été photographié la première fois en 1981, et, depuis, il a été revu 18 années sur 37!

    2. Caïman

    Trente-deux années de vie du rorqual commun Caïman sont documentées, soit de 1986 à 2017. Le voilà donc à égalité avec le rorqual commun Bp78, qu’on connait lui aussi depuis 1986, mais qui n’est pas identifié aussi fréquemment que Caïman.

    3. B197, alias Pleiades

    Cette femelle rorqual bleu est connue depuis 1988 et est vue de façon irrégulière depuis. Sa relation avec l’estuaire est donc documentée depuis 30 ans!

    Les rorquals les plus souvent vus dans le parc marin Saguenay–Saint-Laurent

    Caïman est le grand rorqual le plus souvent vu dans le parc marin. On l’observe depuis maintenant 32 ans, et elle n’a manqué à l’appel que trois étés. © GREMM

    1. Caïman

    De 1986 à 2017, Caïman a manqué à l’appel en 2001, 2002 et 2003 seulement. Vue 29 années sur 32, cette femelle rorqual commun gagne le palmarès haut la main!

    2. U2

    U2, un rorqual commun mâle, a été vu toutes les années entre 1984 et 2011, sauf en 1986. Mais voilà, depuis 2011, il n’a plus été revu. Où est-il passé? Le mystère plane.

    3. Orion

    Le rorqual commun (eh oui, le top 3 est constitué de rorquals communs!) mâle Orion a été vu pour la première fois en 1988 et encore en 2017. Il a été observé 23 années sur 29. Pas mal!

    Les baleines les plus photographiées par le GREMM et ses collaborateurs dans l’estuaire

    Bp913 © GREMM

    Le rorqual commun Bp913, même s’il n’est pas le plus facile à identifier, est le grand rorqual le plus photographié! © GREMM

    1. Bp913

    Avec 184 captures (photos), le rorqual commun Bp913 gagne la palme du grand rorqual le plus photographié. Il a aussi été vu 19 années sur 21, de 1997 à 2017. Le verrons-nous cet été?

    2. Grand Galop

    Le rorqual commun Grand Galop a été une vedette de 1985 à 2000. Durant toutes ses années, il a visité le parc marin et a été photographié plus de 146 fois.

    3. U2

    Eh oui, U2 apparait à nouveau dans le palmarès. De 1985 à 2011, l’année de sa dernière observation, il a été photographié 145 fois.

    4. Capitaine Crochet

    Capitaine Crochet a été une fidèle de l’estuaire avec une présence annuelle de 1994 à 2013 (à l’exception de 2005), pour un total 144 captures (photos). Cette femelle rorqual commun faisait partie des premiers rorquals communs à arriver au printemps, et ses séjours dans l’estuaire pouvaient s’étirer sur plusieurs mois. Malheureusement, Capitaine Crochet est présumée morte, car lors de sa dernière rencontre avec l’équipe de recherche, elle était gravement empêtrée dans un engin de pêche et amaigrie.

    5. Tic Tac Toe

    La femelle rorqual à bosse Tic Tac Toe visite l’estuaire depuis 1999, alors qu’elle avait tout juste un an. Depuis sa première visite, il y a maintenant 19 ans, elle a été photographiée durant 13 étés 143 fois.

     

     


    Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM. Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques et des observateurs. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.