Que peut-on faire pour aider une baleine échouée vivante?

  • 26 / 04 / 2012 Par GREMM -

    Une baleine peut survivre sur une plage pendant une certaine période de temps si certains dangers sont minimisés. L ‘augmentation de la température corporelle, l´obstruction des conduits respiratoires et le stress représentent les principaux problèmes auxquels les cétacés échoués doivent faire face.

    Dans la mer, l´eau supporte le corps des baleines. échouées vivantes, leur corps s´affaisse et elles sont « écrasées » sous leur propre poids; les muscles respiratoires sont incapables de dilater la cage thoracique suffisamment pour assurer une ventilation pulmonaire adéquate. De plus, dans la partie du corps qui se retrouve en contact avec le sol, la circulation sanguine est bloquée par le poids de l´animal, ce qui fait mourir les tissus. Puis, les cétacés hors de l´eau ont tendance à « surchauffer ». En effet, ils ont une épaisse couche de gras qui les protège des pertes de chaleur dans l ‘eau. Pour éliminer de la chaleur, ils ont un système où ils peuvent faire passer plus de sang à la surface de la peau. Cependant, ce système n´est pleinement efficace que lorsque la peau est en contact avec l´eau, qui conduit bien mieux la chaleur que l´air. C´est pourquoi on voit souvent, dans les scènes de sauvetage de cétacés, les sauveteurs arroser les animaux échoués sur la plage.

    Lorsqu´une baleine est retrouvée échouée vivante dans le Saint-Laurent, il importe qu´elle soit immédiatement signalée au Réseau québécois d´urgences pour les mammifères marins au 1-877-7baleine (1-877-722-5346). Que pouvez-vous faire en attendant l´arrivée ou les consignes d´une équipe spécialisée ? Suivre attentivement les consignes du préposé du centre d´appel qui vous invitera à garder vos distances, éviter les manipulations, et tenir le public à distance. Il est préférable d´attendre les consignes d´une équipe spécialisée plutôt que d´agir trop vite, car les manipulations augmentent le stress et diminuent les chance de survie de l´animal.

    En savoir plus
    Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins