Petits rorquals du nord au sud, de l’est à l’ouest

  • Les petits rorquals ont surpris par leur nombre et leurs comportements exubérants. // The minke whales surprised us with their number and their exuberant behaviors. © Renaud Pintiaux
    08 / 05 / 2019 Par Marie-Ève Muller

    De la Gaspésie à la Côte-Nord, les petits rorquals fendent les flots ces jours-ci. Dans le Saint-Laurent, la majorité des petits rorquals identifiés ou biopsiés sont des femelles. Chez cette espèce, les femelles préfèrent les habitats côtiers, tandis que les mâles préfèreraient les habitats océaniques. Par leurs habitudes de chasse et leur petite taille, il est donc fréquent d’observer des femelles petits rorquals de la rive. Justement, à Cap-des-Rosiers en Gaspésie, une graphiste quitte l’écran de son ordinateur des yeux pour voir passer un petit rorqual dans la lumière de fin de journée le 3 mai.

    Un phoque dérive sur un des derniers morceaux de glace devant Sept-Îles © Stéphane Pagès

    À Cap-aux-Os, une vingtaine de phoques profitent des dernières glaces dans la baie de Gaspé. De l’autre côté du Saint-Laurent, le 3 mai, dans le secteur des plages à Sept-Îles, un entraineur sportif photographie un phoque seul sur une glace dérivante. «C’était particulier, il était vraiment sur le dernier morceau de glace de tout l’horizon.» Plus tard dans la semaine, un petit rorqual est observé en mer, à l’ouest de l’ile du Corossol. Et finalement, le 9 mai, un observateur se réjouit: «Ma première bleue de la saison!» Un rorqual bleu nage devant l’embouchure de la rivière Brochu, assez près de la côte pour qu’avec des jumelles, on puisse observer le patron de coloration et être bien certain d’avoir affaire à la grande bleue.

    Nous n’en avons pas souvent, des nouvelles du large des Îles-de-la-Madeleine. Le 5 mai, un rorqual à bosse est observé entre les iles et la pointe du cap Breton, en Nouvelle-Écosse.

    À Sainte-Anne-des-Monts, en Gaspésie, c’est la fête le 5 mai. Un observateur repère enfin sa première baleine de la saison, après des mois sans voir de cétacé. Et quelle observation! Le petit rorqual s’alimente près de la rive dans un va-et-vient dynamique. Son dos luit dans le coucher du soleil.

    La même journée, mais sur la rive nord, à côté du phare de Pointe-des-Monts, un assistant de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) s’attarde devant le paysage. Il voit deux petits rorquals se dirigeant vers l’amont. Les petits rorquals sont habituellement solitaires, mais peuvent aussi être observés à l’occasion en paire.

    «Ils sont là! Ma première observation de l’année!», s’exclame un bénévole du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins. Le 7 mai en fin d’après-midi, six bélugas nagent en face du cap aux Oies, entre Les Éboulements et Saint-Irénée, dans Charlevoix. Ils utilisent le courant lié à la marée montante pour progresser plus rapidement.

    En mai 2018, le début de saison avait été assez calme. Cette année, les petits rorquals sont au rendez-vous! Pas moins de six petits rorquals différents sont comptés le 8 mai dans le secteur de Tadoussac. Un rorqual commun était observé la semaine dernière, mais semble avoir quitté la région. Les bélugas restent présents. Aux Escoumins, petits rorquals et bélugas sont observés à partir du quai des pilotes.

     


    Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM depuis 2017. Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques, des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.