L’estuaire vibre encore sous les puissants souffles des rorquals à bosse et des rorquals communs même si les observations commencent à se faire plus rares dans le golfe. Marsouins communs, bélugas, petits rorquals et phoques sont quant à eux les nouvelles vedettes du secteur, émerveillant celles et ceux qui ont la chance de les apercevoir en pleine action.

En termes de grandes baleines, c’est plutôt tranquille du côté de Franquelin récemment, mentionnent des riverains. Ce sont quelques petits rorquals, des marsouins communs et des phoques qui constituent la faune marine observée depuis les berges du coin.

Depuis Port-Cartier, une résidente prend le temps d’admirer un phoque commun sur la berge, qui semble presque faire la pose pour lui permettre de le photographier. «Il était seul et semblait bien s’y plaire, regardant de temps en temps un harle huppé qui faisait des va-et-vient près de lui, sur une mer calme et une ambiance très zen.»

À Sept-Îles, cinq phoques gris et une centaine de marsouins communs nagent tranquillement au large dans les derniers jours. Cette petite baleine grégaire fait équipe avec ses semblables pour s’alimenter. Très mobiles, les membres de cette espèce n’hésitent pas à se déplacer sur de plus ou moins longues distances pour partir à la recherche de leur nourriture. À l’approche de l’hiver, nous nous questionnons sur leurs habitudes : où vont-ils passer la saison froide? Malgré le fait que leur  comportement de migration soit mal connu, nous savons qu’ils se déplacent plus au large pour éviter les glaces, mais certains individus pourraient tout de même demeurer dans l’estuaire. Verrons-nous des marsouins cet hiver?

« Un petit bout de dos »

Depuis Tadoussac, si la saison touristique est désormais terminée, les baleines ne semblent pas pressées de quitter les lieux. Pour ceux et celles qui sont toujours dans le coin, la vue de ces magnifiques cétacés a de quoi éblouir : « On a encore eu la chance hier de voir un petit rorqual […], ça fait du bien de savoir qu’ils sont encore là! C’est des beaux moments à partager en groupe aussi, de s’exclamer et s’émerveiller en voyant juste un petit bout du dos de la baleine. » Pour ce qui est des petits rorquals, l’un d’entre eux a bien signalé sa présence récemment dans la baie de Tadoussac en sautant à trois reprises hors de l’eau, un comportement appelé breach.

Des bélugas circulent dans le fjord du Saguenay et sont régulièrement aperçus,que ce soit depuis les traversiers ou à partir d’une rive ou l’autre du cours d’eau. En surface, ces baleines blanches ne sont pas les nageuses les plus rapides. Elles utilisent donc souvent les courants pour leurs déplacements. C’est pourquoi leurs observations dans le Saguenay sont souvent coordonnées avec les marées! Pour les reconnaitre, nul besoin d’être un spécialiste, il suffit d’arriver à repérer des taches blanches émergeant à la surface de l’eau. Par temps calme, l’opération est facile. C’est lorsque la météo se déchaine que l’identification devient plus difficile, car on peut aisément les confondre avec les vagues.

Curiosité intéressante, un phoque du Groenland solitaire s’est approché à quelques reprises des quais du village de Tadoussac cette semaine, allant même jusqu’à s’y installer confortablement. D’ailleurs, les adultes de cette espèce se reconnaissent grâce au motif noir présent sur leur dos.

Quant à lui, un rorqual à bosse nage régulièrement devant le Cap-de-Bon-Désir, aux Bergeronnes. « Elle n’a pas trop l’air de vouloir partir », remarque  une observatrice. Les nageoires dorsales de quelques marsouins communs sont aussi repérées dans les environs.

Lors d’une fin de semaine gorgée d’observations, une passionnée des mammifères marins résidant aux Escoumins dénombre une vingtaine de marsouins communs et aperçoit aussi un petit rorqual. Le lendemain, c’est un rorqual à bosse et un phoque gris qu’elle a la chance d’admirer.

Des géants d’aujourd’hui et d’autrefois

Les grands rorquals nagent encore dans les eaux du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, même s’ils semblent être plus discrets. En revanche, s’ils sont moins mentionnés, c’est aussi parce qu’il y a moins de bateaux sur l’eau pour les remarquer! Il y aurait actuellement jusqu’à six rorquals à bosses et trois rorquals communs encore présents dans les eaux du parc, dont des individus bien connus, tels que Guadeloupe, Irisept, Cocotte, Fleuret et Ti-Croche.

Si ces impressionnants géants des mers naviguent nos eaux aujourd’hui, il semblerait qu’un mammifère marin ayant vécu il y a 40 millions d’années les aurait déjà surpassés pour ce qui est de sa masse! Perucetus colossus, une espèce dont les ossements ont été récemment découverts au Pérou, aurait pesé entre 85 et 340 tonnes. Ce géant des mers aurait donc été plus lourd qu’un rorqual bleu, dont les individus atteignent un maximum de 190 tonnes.

Merci aux collaborateurs et collaboratrices!

Merci aux observateurs et observatrices qui partagent avec nous leur amour pour les mammifères marins! Que ce soit chaque semaine ou quelques fois dans l’été, les histoires de vos rencontres avec les cétacés et les pinnipèdes sont toujours un plaisir à lire et à découvrir.

Ce sont vos yeux, sur l’eau ou depuis la berge, qui permettent à cette rubrique de voir le jour.

Gilles Bouchard
André Bujold
Marie-Andrée Charlebois
Michel Comeau
Guylaine Côté
Laetitia Desbordes
Julie Deschênes
Jacques Gélineau
Amber Gibson
Guylaine Marchand
Diane Ostiguy

Sandrine Papias
Renaud Pintiaux
Pascal Pitre
Jean Roy
René Roy
​​Jessé Roy-Drainville
Guillaume Savard
Andréanne Sylvain
David Turgeon
Marielle Vanasse

Et à tous les autres!

Merci aussi aux équipes qui partagent leurs observations :
Station de recherche des iles Mingan (MICS)
Réseau d’observation des mammifères marins (ROMM)
Réseau québécois d’urgence pour les mammifères marins (RQUMM)
Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM)

Vous souhaitez vous aussi partager vos observations?

Vous avez observé des mammifères marins dans le fleuve Saint-Laurent? Qu’il s’agisse d’un souffle au large ou de quelques phoques, écrivez-nous et envoyez-nous vos photos à [email protected]!

Observations de la semaine - 16/11/2023

Andréanne Forest

Andréanne Forest est rédactrice en chef de Baleines en direct depuis mai 2022. Après des études en environnement et en biologie, elle se tourne vers la communication scientifique dans l’objectif de rendre la science à la fois accessible et amusante. Andréanne souhaite mettre en lumière la démarche d’acquisition de connaissance tout en transmettant le désir d’apprendre.

Articles recommandés

Les mammifères marins dans l’éclipse

Les bords du fleuve Saint-Laurent ont été bercés par des lumières de coucher de soleil lors de l’éclipse du 8…

|Observations de la semaine 11/4/2024

Des baleines d’avril

« Des rorquals communs aux Escoumins », commente une observatrice assidue, mais tout de même impressionnée : « Leurs souffles puissants…

|Observations de la semaine 4/4/2024

Une semaine de grands rorquals

Des grands rorquals qui continuent d’épater la galerie, quelques bélugas, des phoques du Groenland se reposant sur les glaces et…

|Observations de la semaine 28/3/2024