Quand les paléontologues ont trouvé les premières traces de cet animal aujourd’hui disparu, il n’y avait que des crânes. L’étude de ces crânes ne laissait aucun doute: Pakicetus était un cétacé, avec entre autres une structure unique et particulière au niveau de l’oreille interne. Les chercheurs l’ont alors classé parmi les premiers cétacés, une baleine ancienne, en quelque sorte. Quand, des années plus tard, ils ont mis la main sur des fossiles complets, quelle surprise: Pakicetus avait en fait de belles pattes de coureur, et l’analyse de son anatomie et de sa chimie indiquait clairement qu’il avait un mode de vie essentiellement terrestre. Alors, une baleine à pattes, plutôt terrestre qu’aquatique… Et pourquoi pas? On sait que l’ancêtre des baleines est terrestre, et que les cétacés ont fait un retour à l’eau il y a environ 50 millions d’années. De plus, les études génétiques montrent que les cétacés sont très près des artiodactyles, ces ongulés au nombre de doigts pair, comme la vache, le chameau et l’hippopotame. Et Pakicetus a justement des chevilles typiques des artiodactyles.

Progressivement, les descendants de ces premiers cétacés terrestres se sont de plus en plus tournés vers le milieu aquatique. Dans certains cas pour s’y réfugier en cas de danger, ou alors pour y manger, d’abord de la végétation puis exclusivement des animaux… Le trajet parcouru est encore flou et il manque plusieurs morceaux à ce complexe casse-tête. Mais, ce qui est certain, c’est que les adaptations se sont multipliées pour faire face aux contraintes imposées par ce milieu étrange pour un animal terrestre: les narines ont migré sur le dessus de la tête pour former l’évent. Les membres postérieurs ont disparus pour ne laisser que certains os enfouis dans les chairs. Les membres antérieurs sont devenus des nageoires, le nombre de phalanges a augmenté pour un meilleur contrôle de l’équilibre et de la direction. La perte de fourrure, un corps fuselé hydrodynamique et une queue horizontale comme propulseur sont d’autres adaptations développées pour la vie aquatique, donnant ainsi aux cétacés une allure bien différente de celle de leurs plus proches cousins.

En savoir plus

L’évolution des baleines

Les baleines en questions - 22/8/2013

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Le Saint-Laurent peut-il s’illuminer grâce à la bioluminescence?

Il est 21h, et une dizaine de kayakistes s’aventurent sur le Saint-Laurent pour une excursion avec la compagnie Mer et…

|Les baleines en questions 9/10/2020

Entend-t-on mieux le souffle des baleines dans le brouillard?

Les avis divergent. Ce qui est certain, c'est que le brouillard a un impact sur la diffusion du son. Le…

|Les baleines en questions 1/10/2020
rorqual bleu

Pourquoi les baleines bleues sont-elles si grosses?

Elle est plus grosse que le plus gros des dinosaures. Et elle pèse environ 25 fois plus que le plus…

|Les baleines en questions 16/9/2020