Oméga

Rorqual commun

ligne décoration
Bp929
  • Numéro d’identification

    Bp929

  • Sexe

    Femelle

  • Naissance

    Date inconnue

  • Connu depuis

    1986

Ses traits distinctifs

Oméga est un rorqual commun reconnaissable par la tache blanche bien visible formant le symbole de l’infini (ou un “8”) qui se trouve sur son évent, du côté droit. Sa nageoire dorsale est un peu courbée et porte une légère encoche à la base apparue en 2015.

© Renaud Pintiaux
© Renaud Pintiaux
© Renaud Pintiaux

Son histoire

La présence d’Oméga dans le parc marin est plutôt irrégulière. Même si l’on connait cet individu depuis 1986, il a passé plusieurs années sans être observé ou identifié, de 1999 à 2005. En 2019, Bp929 a reçu le nom d’Oméga. Ce nom a été choisi par des capitaines, des naturalistes et des chercheurs et chercheuses.

Historique des observations dans l’estuaire

1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019

Années pendant lesquelles l’animal n’a pas été observé Années pendant lesquelles l’animal a été observé

Dernières nouvelles issues des publications Portrait de baleines

Ça y est! Bp929 a un nom. Le nom de cette femelle a fait l’objet d’un vote par courriel et en présence lors de la traditionnelle épluchette de blé d’Inde du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins. Les noms Cosmic, Thanos, Sans Fin, Infini, Papillon, Oméga, Galapagos et Estuaire ont été proposés par des capitaines, des naturalistes, des chercheurs et des assistants de recherche. Finalement, c’est Oméga qui a reçu le plus de votes.

Bp929 est arrivée dans le parc marin au début du mois d’aout et fait partie des rorquals communs qui sont observés en groupe de 6 individus au large de Tadoussac.

L’abondance et la disponibilité des poissons et des invertébrés (ou des proies) sont les principaux influenceurs de la distribution des rorquals l’été. Les préférences alimentaires sont variables d’une espèce à l’autre : zooplancton (krill, copépodes, amphipodes) ou petits poissons (hareng, capelan, lançon, maquereau, etc.).

Le rorqual bleu est plutôt sténophage, c’est-à-dire que son régime alimentaire est très étroit et composé d’un petit nombre de proies différentes. Dans l’Atlantique Nord, ce géant des mers s’alimente de krill, mais plus précisément de trois espèces de krill. Il s’alimente aussi parfois de copépodes. Le rorqual commun, quant à lui, est plus opportuniste et peut varier son alimentation selon les périodes de l’année et les aires d’alimentation qu’il fréquente.

Le contenu stomacal de certains rorquals à bosse de l’hémisphère nord a été analysé et, même si les proies variaient d’un individu à l’autre, l’estomac d’un même animal était rempli d’une seule espèce: hareng, capelan, lançon ou goberge. Certains pourraient même s’alimenter d’organismes benthiques, qui vivent dans le fond marin, ce qui est plus rare pour un rorqual. Les rorquals à bosse ont différentes techniques pour chasser les bancs de poissons dont la plus connue est la formation d’un filet ou d’un rideau de bulles pour concentrer les proies. Ils font aussi parfois claquer leur queue à la surface de l’eau pour effrayer et concentrer les proies. Ainsi leurs « bouchées » sont maximisées.

Les petits rorquals sont les rorquals les plus opportunistes et dont le régime est le plus varié. Ils adaptent leur alimentation en fonction de la disponibilité des proies présentes dans leur environnement, s’alimentant parfois de krill et parfois de poissons. Ils ont tout de même une préférence pour les organismes de niveaux trophiques plus élevés comme les poissons ou proies carnivores. Leurs besoins métaboliques plus élevés demandent ce type de proie qui contient plus d’énergie que du zooplancton.