Bien que le béluga soit parfois surnommé «marsouin blanc» et qu’il présente plusieurs similitudes avec le marsouin commun, les termes «béluga» et «marsouin» désignent en réalité des espèces bien différentes.

Le nom: une question de culture

Autrefois, la baleine que nous nommons aujourd’hui béluga était communément appelée marsouin ou marsouin blanc au Québec. De nos jours, «béluga» (ou orthographié «bélouga»), mot d’origine russe, est le nom normalisé utilisé pour cette espèce dans la province et à travers le monde.

Le marsouin commun, lui, est encore parfois surnommé pourcil au Québec. Si les explications sur ce surnom varient, la plus fréquente est l’aspect semblable à celle d’un porc.

Les marsouins, les bélugas, les cachalots et les dauphins de toutes sortes font partie du sous-ordre des baleines à dents, appelées odontocètes. Marsouins communs et bélugas appartiennent cependant à deux familles différentes. Il existe plusieurs espèces de marsouins qui font tous partie de la famille des phocœnidés. Il n’y a qu’une seule espèce de béluga qui forme, avec le narval, la famille des monodontidés.

Le saviez-vous?

Une espèce de poisson de la famille des esturgeons est également appelée béluga. Ce poisson en danger d’extinction est célèbre pour son caviar.

Comment différencier un marsouin d'un béluga?

Taille, couleur, forme des nageoires et des dents… les différences entre les marsouins et les bélugas sont nombreuses. Cependant, il faut éviter de se fier à un seul de ces aspects pour déterminer de façon définitive à laquelle des deux espèces appartient un animal, surtout lorsqu’il est mort.

En effet, la couleur seule n’est pas nécessairement fiable. Sur l’eau, on peut avoir l’impression que les bélugas sont noirs à contre-jour, comme que les marsouins sont blancs avec une forte luminosité. De plus, il est arrivé par le passé d’observer des marsouins communs vivants complètement blancs. Mort, puisque la peau d’une carcasse de marsouin peut se détacher sous l’effet du soleil, du sable ou des roches, la couche adipeuse pâle appelée blubber peut rappeler la couleur d’un béluga. À l’opposé, les carcasses de béluga peuvent noircir avec le temps.

La taille n’est pas non plus un indicateur suffisant en lui-même, puisqu’un veau béluga possède une taille similaire à celle d’un marsouin commun adulte. De la même façon, les nageoires dorsale, pectorales et caudale d’un marsouin peuvent être abimées après sa mort, rendant impossible l’identification par ce facteur.

Celui qui veut identifier une espèce doit, à la manière d’un enquêteur, récolter plusieurs indices différents pour l’identifier avec certitude.

Nageoire pectorale de béluga
Nageoire pectorale de marsouin commun
Nageoire caudale (queue) de béluga
Nageoire caudale de marsouin commun
Dents de bélugas
Dents de marsouin commun
Urgences Mammifères Marins - 14/9/2020

Florence Amégan

Florence Amégan est répondante au centre d’appels pour Urgences mammifères marins et rédactrice pour Baleines en direct depuis l’été 2020. Diplômée au programme Sciences, lettres et arts, elle est fascinée depuis qu’elle est haute comme trois pommes par les interactions qu’ont les baleines, tant entre elles qu’avec leur milieu.

Articles recommandés

Phoques en ville

Quatre espèces de phoque ont été observées à plusieurs centaines de kilomètres de leur milieu de vie habituel, dans la…

|Urgences Mammifères Marins 21/8/2020

Un rorqual à bosse en difficulté

Mise à jour au 25 aout 2020 Malgré les recherches actives par les agents des pêches et des collaborateurs, le…

|Urgences Mammifères Marins 18/8/2020

Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins se dote d’une équipe mobile

Afin de pouvoir répondre plus rapidement et plus efficacement aux urgences impliquant des mammifères marins le long des rives du…

|Urgences Mammifères Marins 11/8/2020