Les souffles de Franquelin

  • © Jean Lemire
    02 / 02 / 2015 Par Marie-Sophie Giroux

    Franquelin (à l’est de Baie-Comeau), Côte-Nord. Température de l’eau :
    certainement proche de 0 °C; température de l’air: – 18 °C (température de –
    27 °C ressentie avec le facteur éolien).

    L’air glacial, plus froid que la température de l’eau, crée une fumée de mer à son contact. Ces «souffles» n’empêchent pas notre collaboratrice de Franquelin de remarquer les puissants souffles d’un rorqual bleu. Le géant est vu une bonne partie de la journée et les jours suivants.

    Les rorquals bleus à l’appétit gargantuesque sont aperçus à l’occasion dans le Saint-Laurent l’hiver. Migrateurs, ils devraient quitter nos eaux pour la période hivernale, mais les « greniers » richement garnis de krill dans l’estuaire et le golfe exercent un attrait pour certains individus plus «audacieux».

    Ce comportement est risqué: il arrive que des rorquals bleus, coincés dans les glaces, paient de leur vie le prolongement de leur séjour dans le Saint-Laurent. En effet, la situation peut changer très rapidement. « Selon la direction et la force des vents», mentionne notre observatrice, un immense champ de glace envahit rapidement la baie devant chez elle. D’ailleurs, ces journées, seuls quelques phoques gris, ayant trouvé un petit trou d’eau dans cette étendue solide, viennent respirer de temps à autre. Au large, de troupeaux de phoques du Groenland sont vus presque chaque jour.