Les associations entre individus de la même espèce sont bien documentées chez les baleines à dents. En effet, la formation de « clans » sociaux est étudiée notamment chez les cachalots, les épaulards et les bélugas. Par contre, chez les baleines à fanons, le sujet est moins bien connu. De façon générale, chez les baleines à fanons comme les rorquals, les associations entre différents individus de la même espèce sont rares, de courte durée et variables.

Les rorquals bleus sont dits solitaires, mais ceux-ci peuvent communiquer sur des centaines de kilomètres grâce à leurs sons de basse fréquence. Il est donc difficile d’évaluer la « taille » du groupe. Ils sont habituellement vus seuls ou en groupe de deux. Vers la fin de l’été et le début de l’automne, il se forme des duos composés d’un mâle et d’une femelle. Parfois, un troisième individu, souvent un mâle, s’approche de la paire et le groupe amorce alors une « course » en surface. La femelle poursuit sa nage avec le « vainqueur » de la course.  Ce comportement a aussi été observé chez les rorquals à bosse, mais ces associations se dissocient rapidement au-delà de deux semaines.

Chez les rorquals à bosse du Saint-Laurent, il se forme des paires stables et répétées de femelles non lactantes jusqu’à 6 saisons d’alimentation consécutives. Il est encore difficile d’expliquer la raison de ces associations, mais ces femelles ont un meilleur succès reproducteur.  Les femelles lactantes, quant à elles, sont moins « sociales » et consacrent leur temps aux soins de leur progéniture.

La chasse peut parfois inciter au regroupement. Les associations peuvent varier en fonction du type de proie. Par exemple, le krill est plus facile à chasser; les baleines n’ont donc pas recours à des techniques de chasse spécialisées. Chasser le hareng demande plus d’effort; les individus doivent se coordonner pour encercler le banc de poissons d’un filet de bulles et émettre les sons d’alimentation. Ces groupes plus ou moins stables ne semblent pas être retenus par des liens familiaux.  Au contraire, les jeunes, moins expérimentés, s’alimenteraient plus souvent seuls, pour éviter la compétition avec les adultes. Dans l’estuaire du Saint-Laurent, on observait autrefois de grands groupes de rorquals communs, parfois plus d’une vingtaine, s’alimentant ensemble de façon synchronisée.

Plusieurs raisons peuvent mener à ce comportement « social »:une compétition pour le meilleur accès aux ressources alimentaires, une coopération mutuelle pour capturer plus facilement les proies, l’accès à un partenaire de reproduction, la protection des jeunes, etc. Cependant, il est difficile de cerner chaque circonstance et d’en expliquer la cause.

Pour en savoir plus:

Une étude sur les techniques de chasse de groupe chez les rorquals à bosse en Alaska

Une étude sur les associations entre les rorquals à bosse du Saint-Laurent

Les baleines en questions - 13/8/2016

Camille Bégin Marchand

Camille Bégin Marchand a travaillé au GREMM de 2013 à 2018. Elle a commencé comme naturaliste au Centre d’interprétation des mammifères marins, mais son intérêt pour l’écriture scientifique l’a menée à travailler comme rédactrice pour Baleines en direct. Passionnée par la biologie et amoureuse de la région, elle fait aussi une maitrise en sciences de la forêt en collaboration avec l’Observatoire d’Oiseaux de Tadoussac.

Articles recommandés

Les baleines peuvent-elles saliver?

On le sait, les baleines sont de bonnes mangeuses et peuvent repérer leurs proies de loin, certaines grâce au sens…

|Les baleines en questions 13/11/2020

Quel est l’impact des forages sous-marins sur les baleines?

Alors que trois projets de forages pétroliers au large de Terre-Neuve bénéficient d'un coup d'accélérateur de la part du gouvernement…

|Les baleines en questions 22/10/2020

Le Saint-Laurent peut-il s’illuminer grâce à la bioluminescence?

Il est 21h, et une dizaine de kayakistes s’aventurent sur le Saint-Laurent pour une excursion avec la compagnie Mer et…

|Les baleines en questions 9/10/2020