Les riverains et les gens de mer doivent signaler tout mammifère marin mort ou en difficulté au 1-877-7baleine

  • Une carcasse de petit rorqual est documentée par l'équipe de la Station de recherche des Îles Mingan © MICS
    Une carcasse de petit rorqual est documentée par l'équipe de la Station de recherche des Îles Mingan © MICS
    25 / 04 / 2018 Par Josiane Cabana

    Le retour du temps doux et la disparition des glaces représentent le moment de l’année où les riverains, pêcheurs et navigateurs sont susceptibles d’être témoins d’incidents impliquant des phoques et des baleines. Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins rappelle l’importance de lui signaler rapidement tout mammifère marin mort ou en difficulté au 1-877-7baleine (1-877-722-5346), en fonction 24/7.

    Des signalements précieux pour la science et la conservation

    La quinzaine de partenaires d’Urgences Mammifères Marins a pour mandat d’organiser, de coordonner et de mettre en œuvre des mesures visant à réduire les mortalités accidentelles de mammifères marins, à secourir ceux qui se trouvent en difficulté, et à favoriser l’acquisition de connaissances sur les animaux morts, échoués ou à la dérive dans les eaux du Saint-Laurent limitrophes du Québec.

    Près de 500 appels sont traités chaque année au centre d’appels du 1-877-7baleine. Carcasses de phoques, cétacés échoués vivants, baleines prises dans des engins de pêche ou harcèlement de jeunes phoques sur les plages : une diversité impressionnante de cas est signalée en haute saison, pour lesquels les experts ont développé des plans d’intervention et des protocoles de documentation scientifique.

    Béluga femelle de 3,80 m / © Réjean Côté

    Une bénévole accompagne le spécialiste dans la prise de données sur une carcasse de béluga © Réjean Côté

    Lorsque vous êtes témoin d’une situation impliquant un phoque ou une baleine en détresse ou mort, communiquez le plus rapidement possible avec le 1-877-7baleine. Il est recommandé d’appeler du lieu d’observation, et de prendre des photos de l’animal et de l’environnement dans lequel il se trouve. Assurez-vous d’être disposé pour répondre à quelques questions et pour fournir les informations requises pour que la personne au centre d’appels puisse avoir un portrait fidèle de la situation. L’équipe d’Urgences Mammifères Marins décidera des actions à poser, en fonction de l’incident rapporté.

     Des carcasses qui en disent long

    Chaque carcasse trouvée est une source d’information importante. Selon l’espèce de phoque ou de baleine, des équipes spécialisées constituées de bénévoles et de scientifiques participeront à l’acquisition de connaissances sur le spécimen, comme le groupe d’âge, la taille, l’état de la carcasse, etc. Ces données permettent de développer les plans d’intervention appropriés et, de façon plus globale, de suivre les populations de mammifères marins du Saint-Laurent. Robert Michaud, coordonnateur du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins, souligne d’ailleurs que « grâce à la collaboration des citoyens et la mise en place d’équipes de terrain efficaces, nous avons un portrait plus fidèle après 13 ans des différentes menaces qui pèsent sur le Saint-Laurent et ses habitants ».

    Baleine noire dans la mire

    Une baleine noire empêtrée © Canadian Whale Institute and Anderson Cabot Center, New England Aquarium

    ne baleine noire empêtrée © Canadian Whale Institute and Anderson Cabot Center, New England Aquarium

    La saison 2017 a été des plus inquiétantes pour la population de baleines noires de l’Atlantique Nord en raison des 17 carcasses retrouvées dans les eaux canadiennes et étatsuniennes, dont certaines ont été victimes d’empêtrement ou de collision avec des navires. Pêches et Océans Canada, partenaire d’Urgences Mammifères Marins, rappelle que si vous observez une baleine noire empêtrée dans des engins de pêche, vous ne devez en aucun cas tenter de la libérer par vous-même, car le comportement d’un individu empêtré est imprévisible et dangereux. Vous devez appeler sans attendre le 1-877-7baleine afin de communiquer les renseignements qui permettront aux experts d’effectuer une intervention appropriée.


    Josiane Cabana est directrice du Centre d’appels du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins. Entre les cas de mammifères marins morts ou en difficulté auxquels elle répond, elle aime prendre le temps de sensibiliser les riverains aux menaces qui pèsent sur ces animaux. Biologiste de formation, elle s’implique au sein du GREMM depuis plus de 15 ans, toujours avec la même passion!