Les origines de l’eau sur Terre

  • La surface de la Terre est recouverte d'eau à 70 %, ce qui lui vaut le surnom de « planète bleue ». © PixaBay
    21 / 03 / 2018 Par François Vachon - / / /

    La Terre a hérité du surnom de « planète bleue » parce qu’elle apparait ainsi vue de l’espace, sa surface étant recouverte d’eau à 70 %. Le volume total d’eau contenu sur la planète est de 1,4 milliard de km3. L’eau douce, qui est notamment essentielle à la vie humaine, ne représente toutefois que 2,53 % de cette quantité.

    Tout comme les humains, les mammifères marins dépendent de l’eau pour survivre et ils y sont liés très fortement en tant que milieu. On estime en fait qu’ils passent 80 % de leur vie sous l’eau.

    Mais d’où vient cette ressource si précieuse ? Si nous utilisons cet élément tous les jours, son histoire demeure en revanche empreinte de mystères. Il existe actuellement quelques théories sur l’origine de sa présence sur la planète. En voici un aperçu en cette Journée mondiale de l’eau.

    Le dégazage du manteau terrestre

    C’est la poussière contenue dans un disque autour du soleil qui, selon l’opinion dominante, aurait transporté les molécules d’eau à l’origine de la formation de la planète. À ce moment, les éléments lourds auraient convergé vers le centre pour constituer un noyau métallique, tandis que les éléments plus légers, comme l’eau des roches, auraient été repoussés vers l’extérieur pour former une atmosphère primitive composée de H2O, de CO2 et d’azote. Les vapeurs d’eau émises par les éruptions volcaniques constituent un bon exemple du déroulement à petite échelle de ce processus appelé « dégazage ». Pour la grande majorité des géologues, l’eau terrestre proviendrait d’un dégazage massif.

    L’eau extraterrestre

    Jusqu’aux années 1960, on croyait fermement que l’eau provenait uniquement des entrailles de la Terre. L’avènement de l’astrophysique et de l’exploration spatiale a cependant apporté de nouveaux éléments qui ont remis en question le modèle existant, lequel est d’ailleurs toujours enseigné dans les écoles. Bien loin d’être une denrée rare, l’eau serait en effet omniprésente dans la galaxie sou des formes variées (glace, vapeur, liquide).

    L’étude de la formation du système solaire et des jeunes étoiles a montré que ces dernières engendrent une importante pression de radiation qui repousse loin d’elles les éléments volatils comme l’eau. L’eau ainsi rejetée loin dans le système solaire  n’aurait pas pu être impliquée dans la formation des premiers embryons de planètes telluriques (semblables à la Terre).

    On a en outre découvert de l’eau sur la majorité des corps célestes situés au-delà de Mercure. Et plus on s’éloigne du soleil, plus cette eau est abondante. Aux confins du système solaire, on a détecté la présence de corps gelés et de noyaux cométaires constitués de glace et de poussières.

    Lors de la formation de planètes lointaines comme Uranus ou Neptune, la Terre aurait été « bombardée » intensivement par des météorites fortement hydratés et des comètes glacées. Il est possible que ces dernières aient généré d’importantes quantités d’eau à la surface de la Terre en s’écrasant au fil du temps.

    Les conclusions

    Si la théorie du dégazage ne permet pas à elle seule d’expliquer l’origine de l’eau terrestre, il demeure difficile d’évaluer avec précision quelle proportion serait de nature extraterrestre. Une chose est certaine : l’histoire de la planète est indissociable de celle du système solaire. L’eau constitue une composante cosmique qui englobe la vie dans toute sa diversité. Rien n’est plus essentiel !

    Bonne Journée mondiale de l’eau !

    L'eau douce est essentielle à la vie humaine. Elle représente 2,53 % de toute l'eau disponible sur la planète.

    L’eau douce est essentielle à la vie humaine. Elle représente 2,53 % de toute l’eau disponible sur la planète. © Pixnio

     

    Pour en savoir plus

    Journée mondiale de l’eau (Nations Unies)

    L’eau des origines (Exobiologie)

    Origine de l’eau sur Terre : trois scénarios (Futura Sciences)

    La répartition de l’eau sur la Terre (Planète viable)


    François Vachon s’est joint à l’équipe du GREMM à titre de rédacteur stagiaire pour Baleines en direct en janvier 2018. Détenteur d’un baccalauréat de l’Université Laval en traduction, il poursuit actuellement des études en rédaction professionnelle. Curieux et passionné par l’écriture, il met sa plume au service des géants pour appuyer humblement les démarches du GREMM.