Travailler au Centre d’appels d’Urgences Mammifères Marins, c’est un peu comme être dans la peau de Sherlock Holmes: on doit amasser plusieurs indices afin de voir clair dans un incident! Les talents de détective de l’équipe ont été mis à l’épreuve ces dernières semaines. Ce sont près d’une dizaine d’appels qui ont été reçus pour des carcasses de baleines à la dérive, dans les régions de Havre-Saint-Pierre, Mingan, Les Escoumins, Rimouski, Sainte-Flavie puis Baie-des-Sables. Bien souvent, ce sont les capitaines des navires qui signalent ces carcasses flottantes et les photos, lorsque disponibles, sont généralement prises de haut et de loin, ne permettant pas de remarquer des détails aidant à relier les mentions.

« Élémentaire, mon cher Watson »

Un cas s’est par contre déroulé rondement du 17 au 20 juin, grâce à la participation de riverains, navigateurs et bénévoles d’Urgences Mammifères Marins. En effet, le 17 juin, une plaisancière rapporte au 1-877-7baleine une baleine morte à la dérive près de Rimouski. Ses photos permettent à l’équipe du Centre d’appels de valider la situation et de confirmer qu’il s’agit d’un petit rorqual : ventre blanc, sillons ventraux, flancs foncés, tête pointue. Le lendemain soir, les membres de l’équipe du navire Le Cabot signalent une carcasse à Pointe aux Cenelles, « avec le ventre blanc strié ». Puis, deux jours plus tard, une cliente d’une fromagerie de Baie-des-Sables rapporte « une grosse baleine blanche, sur le dos, longeant la rive ». Un bénévole a alors suivi la carcasse à partir de la berge, jusqu’à ce qu’elle touche terre, à l’embouchure de la rivière Tartigou. La filature de ce petit rorqual dérivant venait de se terminer et l’investigation sur ce mâle de 7,92 m s’amorçait!

Mesures, photos et échantillonnage ont été faits par l’équipe de l’Institut Maurice-Lamontagne de Pêches et Océans Canada avec la collaboration de bénévoles. Des fanons et un morceau de peau, de gras et de muscle ont été récupérés pour des analyses ultérieures.

Mise à jour en date du 27 juin 2014:

La carcasse a été retirée de la plage hier dans la journée, comme elle représentait une nuisance pour la population. L’intervention a été coordonnée par l’équipe régionale du ministère du Développement durable, de l’ Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Urgences Mammifères Marins - 27/6/2014

Josiane Cabana

Josiane Cabana a été directrice du Centre d’appels du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins de 2011 à 2018. Entre les cas de mammifères marins morts ou en difficulté auxquels elle répond, elle aime prendre le temps de sensibiliser les riverains aux menaces qui pèsent sur ces animaux. Biologiste de formation, elle s’implique au sein du GREMM depuis plus de 15 ans, toujours avec la même passion!

Articles recommandés

Pourquoi ne pas toucher à une carcasse de mammifère marin?

Par Marie-Maude Rondeau Avez-vous déjà entendu parler de Valleau, le cachalot dont la carcasse s’est échouée à L’Anse-à-Valleau en 2003?…

|Urgences Mammifères Marins 4/11/2021

Deux baleines à bec s’échouent vivantes dans la baie des Chaleurs

Jeudi 30 septembre, le Réseau québecois d'urgence pour les mammifères marins (RQUMM) reçoit un signalement pour deux baleines échouées vivantes…

|Urgences Mammifères Marins 7/10/2021

Que faire face à un phoque blessé?

Alors que vous vous promenez sur les rives du Saint-Laurent, vous tombez nez à nez avec un phoque. Jusque-là, rien…

|Urgences Mammifères Marins 11/8/2021