Plusieurs études tendent à montrer que les cétacés peuvent percevoir les variations dans le champ magnétique terrestre, comme beaucoup d’oiseaux migrateurs, tortues et poissons, grâce aux cristaux de magnétite présents dans leur corps, le même composé dont sont faites les aiguilles d’une boussole. Serait-ce l’explication derrière la route empruntée par les rorquals à bosse, entre Hawaï et l’Alaska, qui coïncide avec une ligne spécifique du champ magnétique? Possible.

Si l’on soupçonne que ce phénomène existe pour les cétacés, les contraintes liées à leur taille et à l’immensité de leur territoire empêchent de prouver cette hypothèse de façon directe et expérimentale. Toutefois, indirectement, on a remarqué que des échouages massifs répétitifs se produisaient souvent à des endroits où les champs magnétiques terrestres présentaient des particularités susceptibles de tromper les baleines. De plus, il semblerait que les espèces migratrices s’échoueraient plus souvent que les espèces côtières. C’est peut-être parce que ces dernières, davantage en terrain connu, se fieraient plus à leur « mémoire topographique », alors que celles de passage, au cours de leur migration, utiliseraient davantage leur « mémoire magnétique ».

D’autres chercheurs remettent en question cette hypothèse d’orientation, car selon des études, les baleines ne dévieraient pratiquement pas de leur direction au cours du voyage, alors que le champ magnétique, lui, varie considérablement de plusieurs degrés. Cette technique est peut-être combinée avec d’autres méthodes, tels les oiseaux qui utiliseraient des repères visuels et olfactifs ainsi que le champ magnétique pour retrouver leur chemin.

Percevoir le champ magnétique, s’orienter avec les astres, voir grâce aux sons de basse fréquence, goûter les différentes masses d’eau, et suivre les courants dominants… toutes des hypothèses avancées pour expliquer cette précision qu’ont les baleines pour se diriger dans les océans et qui jusqu’à maintenant n’ont pu encore expliquer cette étonnante capacité d’orientation.

Et l’homme?

Des cristaux de magnétite ont été retrouvés dans plusieurs endroits du corps humain. Toutefois la fonction de ces particules ainsi que leur «utilisation» demeurent des questions controversées très peu étudiées. Des chercheurs anglais ont également découvert des protéines dans nos yeux qui pourraient avoir la capacité de nous faire «voir» le champ magnétique, tel qu’étudié auprès des mouches drosophiles; une étude qui demeure toutefois peu concluante et non appliquée à l’homme.

En savoir plus

La migration des baleines

Les baleines en questions - 19/2/2014

Marie-Sophie Giroux

Marie-Sophie Giroux s’est jointe au GREMM en 2005 et y a travaillé jusqu’en 2018. Elle détient un baccalauréat en biologie marine et un diplôme en Éco-conseil. Chef naturaliste, elle supervise et coordonne l’équipe qui travaille au Centre d’interprétation des mammifères marins et rédige pour Baleines en direct et Portrait de baleines. Aux visiteurs du CIMM ou aux lecteurs, elle adore « raconter des histoires de baleines ».

Articles recommandés

Quel est l’impact d’une collision sur la vie sociale d’un cétacé ?

Lorsqu'on évoque les impacts d'un accident entre un navire et un mammifère marin, on se concentre généralement sur les conséquences…

|Les baleines en questions 19/1/2021

Comment rester optimiste face à l’avenir des baleines?

En conservation et en recherche, les efforts pour mettre à jour les connaissances sur les cétacés et les protéger se…

|Les baleines en questions 18/12/2020

La consanguinité, un problème pour les baleines en voie de disparition ?

Il resterait près de 360 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde, et probablement moins d'une dizaine de vaquita…

|Les baleines en questions 26/11/2020