Un langage au sens strict signifie la syntaxe, dans lequel l’ordre des mots détermine le sens. Des études réalisées sur des dauphins en captivité ont démontré que ces animaux pouvaient comprendre la syntaxe du langage humain grâce à des associations d’images et de sons, et mémoriser une centaine de mots pouvant répondre à des commandes précises. Mais cette «communication» demeure unidirectionnelle, l’homme n’a pas encore réussi à décortiquer le «langage» des dauphins. Ce que nous savons: la communication vocale est extrêmement importante pour les baleines qui l’utilisent pour transmettre une foule d’informations à leurs congénères.

Les baleines à dents possèdent des répertoires vocaux très variés, probablement liés à leur comportement social développé. Chez certaines espèces, les individus émettent des sons uniques, l’équivalent de signatures vocales. Les grands dauphins possèdent un sifflement personnalisé. Ils s’interpelleraient entre eux en imitant la signature vocale d’un autre membre du groupe pour que celui-ci se sente appelé. Ce membre interpelé répèterait à son tour son signal vocal, en guise de réponse. Chez les épaulards, chaque groupe familial possède un dialecte spécifique, présentant ses propres variations dans la tonalité ou la fréquence. Les cachalots d’un clan ont en commun des patrons de vocalises pour communiquer, se reconnaître et établir leurs liens sociaux, mais une femelle et son nouveau-né utilisent un patron distinct pour s’identifier. Le béluga a un répertoire vocal extrêmement varié. Il est capable de reproduire les sons qu’il entend, par exemple la voix humaine. Pour rester en contact, les mères bélugas et leur bébé utilisent un «cri de contact». Le répertoire d’émissions sonores s’enrichit et se complexifie au fil du temps. Cela prend un à deux ans aux plus jeunes pour développer une interprétation parfaite de ces «appels de contact».

Pour en savoir plus :

Dolphins Have « Names, » Respond When Called 

What Are Killer Whales Saying?

Whales, their babble, and clan dialects

The mysterious squeaks and whistles off beluga whales

La communication chez les baleines (articles tirés des articles de Baleines en direct)

Les baleines en questions - 21/1/2016

Marie-Sophie Giroux

Marie-Sophie Giroux s’est jointe au GREMM en 2005 et y a travaillé jusqu’en 2018. Elle détient un baccalauréat en biologie marine et un diplôme en Éco-conseil. Chef naturaliste, elle supervise et coordonne l’équipe qui travaille au Centre d’interprétation des mammifères marins et rédige pour Baleines en direct et Portrait de baleines. Aux visiteurs du CIMM ou aux lecteurs, elle adore « raconter des histoires de baleines ».

Articles recommandés

Comment rester optimiste face à l’avenir des baleines?

En conservation et en recherche, les efforts pour mettre à jour les connaissances sur les cétacés et les protéger se…

|Les baleines en questions 18/12/2020

La consanguinité, un problème pour les baleines en voie de disparition ?

Il resterait près de 360 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde, et probablement moins d'une dizaine de vaquita…

|Les baleines en questions 26/11/2020

Les baleines peuvent-elles saliver?

On le sait, les baleines sont de bonnes mangeuses et peuvent repérer leurs proies de loin, certaines grâce au sens…

|Les baleines en questions 13/11/2020