Les baleines à bosse, ces hyperactives

  • Saut de BBR
    © René Roy
    22 / 07 / 2014 Par René Roy

    René Roy est un cétologue amateur, passionné de la mer et des baleines, résidant à Pointe-au-Père, dans le Bas-Saint-Laurent. Depuis plusieurs années, il entreprend des expéditions de photo-identification pour le compte de la Station de recherche des îles Mingan (MICS), principalement en Gaspésie. Il est également bénévole pour le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins.

    Je reviens d’une excursion de photo-identification de trois jours au large de Percé et de Gaspé (du 17 au 19 juillet), pour le compte de la Station de recherche des îles Mingan (MICS). J’ai observé sept rorquals à bosse et deux rorquals communs. Petite déception : pas de rorqual bleu. J’ai sillonné le secteur du cap des Rosiers jusqu’au large de l’île Bonaventure. La température et la mer étaient superbes. Les excursionnistes sont au travail à plein temps et il y a de plus en plus d’observateurs avec leur bateau privé. Le temps des vacances est définitivement arrivé! Dans ce grand secteur, il m’arrive très souvent d’être fin seul autour des animaux. Dans une période d’achalandage, comme présentement, je tente de m’esquiver lorsque les excursionnistes font leur travail afin d’éviter un trop grand nombre de bateaux autour des baleines. Il est facile d’y revenir lorsqu’ils rentrent à quai.

    Le fait marquant de ces journées a définitivement été l’arrivée d’une mère rorqual à bosse et de son baleineau dans le secteur. C’est un spectacle toujours attendrissant de les voir ainsi, se collant l’un à l’autre. Il s’agit d’une femelle connue sous le nom de Calypso que j’avais déjà observée au large du cap Desrosiers en 2012. Le jour de mon arrivée, le baleineau a fait des cabrioles en dehors de l’eau durant près de deux heures dans la baie de Gaspé, pour le plaisir de quelques observateurs. J’ai pu prendre des photos à profusion. Le surlendemain, Calypso et son petit sont restés au repos en surface une bonne partie de l’après-midi au large de l’île Bonaventure.

    Ma grande satisfaction personnelle de cette excursion a certainement été de revoir le rorqual à bosse surnommée BBR (pour Boom Boom River), H626, connue dans l’estuaire sous le nom de Gaspar. C’était la sixième année consécutive que j’observais cette femelle. Je l’avais observée la première fois en 2009 près de l’île Plate en face de Pointe-Saint-Pierre. Le vendredi 18 juillet, mon pilote Pierre et moi avons eu la chance d’assister aux cabrioles de BBR près des falaises du Parc national Forillon. Cette fois-ci, nous étions seuls. Elle nageait avec un autre rorqual à bosse, H692, dans une dizaine de mètres d’eau et à une trentaine de mètres de la berge, lorsqu’elle s’est mise à sauter hors de l’eau!

    Parmi les autres géants observés, j’ai rencontré le rorqual à bosse Leprechaun et deux nouvelles connaissances pour moi, mais qui ne l’étaient pas pour les chercheurs du MICS.

    Les photos sont au crédit de René Roy