© Renaud PintiauxLes croisiéristes en parlaient dès son arrivée dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent le 30 mai dernier : Blizzard a des cicatrices fraîches sur son pédoncule et sa queue! La baleine a toutefois un comportement normal et ne semble pas en difficulté.

Les premières photos reçues d’un collaborateur du Réseau ont été soumises à Christian Ramp, spécialiste des rorquals à bosse à la Station de recherche des îles Mingan (MICS). Après consultation avec nos collègues de Center for Coastal Studies (CCS)*, le diagnostic est clair : «Les marques rectilignes et l’ampleur des blessures sur le rebord de la queue et sur le pédoncule suggèrent l’effet de cordages ou d’un engin de pêche. Les blessures se seraient ensuite infectées, ce qui explique la coloration jaunâtre».

La série de photos a également été soumise à Stéphane Lair, vétérinaire et directeur régional pour le Québec du Centre canadien coopératif de la santé de la faune. Selon lui, les cicatrices, du moins celles qui sont visibles, sont assez superficielles et l’infection est peu étendue. Il se fait rassurant : «Blizzard devrait guérir».

© Renaud PintiauxJooke Robbins, également du CCS, a récemment publié un rapport sur la présence de telles cicatrices chez les rorquals à bosse dans le golfe du Maine. Elle y note que les jeunes individus comme Blizzard sont plus susceptibles d’être victimes de prises accidentelles.

Il est toutefois impossible de dire quand l’empêtrement s’est produit ni où il est survenu. Au cours de la migration printanière, entre les Caraïbes et les eaux plus froides de l’Atlantique, les rorquals à bosse peuvent parcourir quelques milliers de kilomètres!

* Le Center for Coastal Studies est un organisme basé à Provincetown, spécialisé depuis 1984 dans le désempêtrement de mammifères marins. L’équipe dirigée par Scott Landry a plus de 200 interventions à son actif.

© photos : Renaud Pintiaux

Urgences Mammifères Marins - 6/6/2015

Josiane Cabana

Josiane Cabana a été directrice du Centre d’appels du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins de 2011 à 2018. Entre les cas de mammifères marins morts ou en difficulté auxquels elle répond, elle aime prendre le temps de sensibiliser les riverains aux menaces qui pèsent sur ces animaux. Biologiste de formation, elle s’implique au sein du GREMM depuis plus de 15 ans, toujours avec la même passion!

Articles recommandés

Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins se dote d’une équipe mobile

Afin de pouvoir répondre plus rapidement et plus efficacement aux urgences impliquant des mammifères marins le long des rives du…

|Urgences Mammifères Marins 11/8/2020

Pourquoi signaler une carcasse?

C’est simple: en signalant une carcasse au Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM), vous contribuez à la conservation…

|Urgences Mammifères Marins 20/7/2020

Un jeune phoque barbu à Laval

Un jeune phoque de l’espèce phoque barbu est observé du 23 juin au 28 juin à Laval, à la marina…

|Urgences Mammifères Marins 25/6/2020