Le labbe parasite, un chapardeur à surprendre!

  • Labbe parasite et mouette tridactyle qui lâche sa prise. © Tifa’s photos
    25 / 08 / 2017 Par Collaboration spéciale -

    Un texte de Sonia Villalon

    Vous le verrez talonner de très près un autre oiseau; un véritable ballet aérien ! Le labbe parasite (c’est le vrai nom!) dérobe la nourriture d’autres oiseaux comme les sternes ou les mouettes qu’il pourchasse obstinément! Avec son vol rapide et maitrisé, le stratège entame sa « chasse » par un vol assez bas, et s’élève brusquement pour l’assaut final, en effectuant des virages et des piqués imprévisibles. Très malin, il attaque rarement l’oiseau lui-même, il le poursuit plutôt à grande vitesse pour le forcer à lâcher ou même à régurgiter sa nourriture pour la rattraper ainsi dans les airs. Les labbes opèrent parfois en petits groupes et le pourchassé cèdera devant leur avantage numérique. Une autre ruse consiste à suivre les bateaux de pêche pour profiter de leur récolte. Parfois, il capture lui-même ses proies : des poussins d’oiseaux aquatiques, des rongeurs, des œufs, des petits oiseaux, des insectes et même à l’occasion des déchets et des charognes. C’est le plus commun des labbes observés en migration dans le Saint-Laurent.

     


     

    Sonia Villalon s’est jointe au GREMM en 2015. D’abord attirée sur les rives du Saint-Laurent par son intérêt pour les oiseaux, elle se découvre une nouvelle passion pour les mammifères marins qui la pousse alors à poser ses valises à Tadoussac. Diplômée d’une maitrise en biologie de la conservation, elle entre dans l’équipe comme naturaliste. Elle est aujourd’hui chef-naturaliste et continue son travail de vulgarisation auprès du public