Le fonds Tryphon

  • 16 / 07 / 2009 Par GREMM -

    L’histoire du cachalot Tryphon, empêtré dans des câbles de casiers à crabe à Sept-Îles le 9 juin, secouru par une équipe du Réseau et retrouvé mort près de Rimouski le 23 juin, a fait couler beaucoup d’encre. Le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) le connaissait depuis 1991; les agents des pêches de Pêches et Océans Canada, les biologistes de la Station de recherche des îles Mingan (MICS) et les pêcheurs ont déployé beaucoup d’efforts pour tenter de le libérer. Si l’histoire de Tryphon a quelque chose d’unique, il ne s’agit malheureusement pas d’un cas isolé. En fait, chaque jour dans le monde, près de 1000 cétacés meurent dans des engins de pêche. Cette problématique pousse certaines populations vers l’extinction et entraîne des pertes importantes pour les pêcheurs. Dans le Saint-Laurent, une dizaine de cas sont signalés chaque année, et le Réseau organise des interventions qui sauvent des baleines et limite les pertes économiques des pêcheurs.

    Depuis le printemps 2009, ce sont au moins 14 baleines qui se sont prises dans des engins de pêche au Québec, y compris le cachalot Tryphon. Ces cas ont mis en lumière des besoins criants pour augmenter notre capacité d’intervention, réduire les mortalités et limiter les pertes des pêcheurs. « C’est pour répondre à cette problématique que les partenaires du Réseau lancent aujourd’hui le Fonds Tryphon pour les urgences et la prévention entourant les prises accidentelles de cétacés » annonce Robert Michaud.

    La carcasse de Tryphon a été enterrée sur l’île Saint-Barnabé; mais les mâchoires, les dents et les engins de pêches qui l’entravaient ont été récupérés. « Le Réseau utilisera les mâchoires empêtrées de Tryphon pour produire cinq modules d’expositions qui raconteront son histoire, les efforts du Réseau pour l’aider, les défis qui restent à relever et l’importance d’agir. Ils seront mis en valeur au Biodôme de Montréal, à l’Aquarium du Québec, au Centre d’interprétation de la Station de recherche des îles Mingan (MICS) et, bien sûr, au Centre d’interprétation des mammifères marins (CIMM) de Tadoussac et à Exploramer à Sainte-Anne-des-Monts » indique Sandra Gauthier, directrice d’Exploramer et membre du Réseau.

    Les modules d’exposition, en plus de sensibiliser le public, seront accompagnés d’un incitatif pour inviter les visiteurs à contribuer au fonds. Ces sommes, et les dons de sources privées, serviront à apparier les ressources déjà déployées par Pêches et Océans Canada et les autres partenaires du Réseau pour prévenir les mortalités liées aux prises accidentelles. Le Fonds Tryphon sera administré par la Fondation de la faune du Québec. La population est invitée à contribuer au fonds Tryphon en rejoignant la Fondation de la Faune du Québec au 1-877-639-0742 (Chantal Pelletier). Un reçu à des fins d’impôt sera émis pour les dons de plus de 20$.

    Le Maire de Rimouski, Monsieur Érik Forest, est venu annoncer la mise en place d’un panneau hommage à Tryphon sur l’île Saint-Barnabé et remettre le tout premier don au Fonds Tryphon. [Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins ]

    En savior plus
    Réseau québécois d´urgences pour les mammifères marins