Un texte d’Audrey Tawel-Thibert

Pour ajouter un nouvel individu dans un catalogue de photo-identification, il faut suivre une procédure. La Station de recherche des Iles Mingan (MICS) gère l’inventaire des rorquals à bosse et des rorquals bleus fréquentant le Saint-Laurent ; le GREMM se réfère aux codes d’identification du MICS pour ces deux espèces. Quant aux rorquals communs, le MICS et le GREMM ont chacun leur catalogue – les observations sont alors partagées entre les deux groupes de recherche.

Au MICS, trois membres de l’équipe vont s’affairer à relever la présence de marques distinctives sur les animaux photographiés lors de la saison et vont tenter d’associer les individus en question à ceux qui sont déjà classés dans le catalogue. Si aucun rapprochement n’est fait, les chercheurs sont en présence d’un inconnu. Ensuite, si les clichés respectent les critères établis de photo-identification, la baleine se verra attribuer un numéro de code officiel, et elle sera alors intégrée au catalogue.

Au GREMM, lorsqu’une série de photos d’un rorqual commun méconnu est capturée, un numéro d’identification sera assigné au nouveau venu. Toutefois, la séquence de clichés doit d’abord satisfaire certains critères de qualité, soit : révéler toutes les parties du corps, du chevron au pédoncule ; disposer d’une luminosité adéquate ; avoir une mise au point juste (« focus ») ; et l’animal doit être photographié à 90°.

Tant au MICS qu’au GREMM, si l’animal est revu régulièrement les années suivantes, peut-être sera-t-il même baptisé – une démarche réalisée par les chercheurs, le public et l’industrie d’observation des cétacés !

Actualité - 28/7/2017

Collaboration Spéciale

Articles recommandés

Gala de la Terre : les bélugas en chœur à la Maison symphonique de Montréal

Et si, le temps d’une soirée, les bélugas devenaient des choristes? Grâce à une composition de Claudie Bertounesque, qui fusionnera…

|Actualité 30/5/2024

Les parasites chez les mammifères marins : une relation toxique

Parasite. Un mot qui donne souvent froid dans le dos. Pourtant, les mammifères marins en sont de grands habitués. Cétacés…

|Actualité 16/5/2024
L’automne dernier, le rorqual commun Ti-Croche a été pourvu d’une balise pour suivre sa migration. © Pêches et Océans Canada

La migration hivernale du rorqual commun Ti-Croche

Les migrations des grands rorquals recèlent encore bien des mystères. Où vont-ils en hiver? Combien de temps restent-ils dans l’estuaire?…

|Actualité 1/5/2024