Le béluga de la ville de Montréal s’appellera Splash! Il se joint à Or Blanc et Solidaire pour compléter la famille des bélugas des municipalités riveraines du Saint-Laurent

  • 18 / 06 / 2015 Par Josiane Cabana

    Le maire de la ville de Montréal, Denis Coderre, et les maires de Salaberry-de-Valleyfield, Beauharnois et Chateauguay ont fait leur choix: leurs bélugas s’appelleront Splash et Or Blanc! Celui des municipalités riveraines du secteur fluvial du Saint-Laurent s’appellera Solidaire. Ces trois bélugas se joignent à Bélibec (Québec), Aquarelle (Lévis), Blanche (Tadoussac), Nics, Neige, Cica et Bilou pour compléter la famille des bélugas adoptés par une quarantaine de municipalités riveraines du Saint-Laurent en novembre dernier dans le cadre de la campagne Adoptez un béluga relancée par le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM).

    notre_beluga_sappelle_sin_concours - copieLes maires ont fait appel aux élèves des écoles primaires du Québec pour trouver un nom à leurs bélugas. Plus de 2000 jeunes de 80 classes provenant de 69 écoles réparties sur l’ensemble du Québec ont ainsi participé au concours Notre béluga s’appelle… organisé en partenariat avec la Fondation Monique-Fitz-Back, Le Cœur des Sciences et le réseau des Établissements verts Brundtland (EVB-CSQ). Après s’être familiarisés avec la situation des bélugas, les élèves devaient s’inspirer de l’histoire des bélugas adoptés pour leur trouver un nom. Leurs propositions étaient accompagnées de lettres, de dessins et de vidéos expliquant le choix des noms et pourquoi il faut sauver les bélugas. Des histoires touchantes et chargées d’espoir à découvrir sur notrebéluga.org.

    Bien plus qu’un nom

    © GREMM«Comme les élèves d’une classe ou les citoyens d’une ville, les bélugas qui habitent le Saint-Laurent sont tous uniques», explique Robert Michaud, directeur scientifique du GREMM. «Tous les bélugas adoptés sont connus et suivis chaque été par notre équipe, certains depuis 1990», ajoute M. Michaud. «Ils ont une histoire particulière et c’est en apprenant leurs histoires que nous pourrons mieux les protéger et mieux partager le Saint-Laurent avec eux».

    Des municipalités solidaires et tournées vers le Saint-Laurent

    «Le Saint-Laurent est une ressource sans égal pour tous les riverains et le béluga est une espèce sentinelle qui est le reflet de la santé de cet environnement. Nous avons un fleuve à partager. L’adoption symbolique d’un béluga s’insère dans cette vision», explique Monsieur Coderre. Pour Denis Lapointe, maire de Salaberry-de-Valleyfield, «il était important d’associer les jeunes aux gestes que nous avons posés avec nos collègues tout le long du Saint-Laurent. L’histoire des bélugas c’est aussi la nôtre et ce sont les nouvelles générations qui écriront la suite de cette histoire».

    À propos de la campagne Adoptez un béluga et du GREMM

    © GREMMLa campagne Adoptez un béluga a été lancée le 10 novembre 2014, avec le soutien de la Fondation de la faune du Québec, pour assurer la pérennité du Projet Béluga Saint-Laurent, un programme de recherche et de suivi sur les bélugas et l’écosystème du Saint-Laurent initié au début des années 1980. Le Projet Béluga Saint-Laurent est mené par un consortium de laboratoires de recherche privés et universitaires et coordonné par le GREMM, un organisme à but non lucratif voué à la recherche sur les baleines du Saint-Laurent et à l’éducation pour la conservation du milieu marin, fondé en 1985 et basé à Tadoussac.