Le béluga de la rivière Népisiguit… à l’Île-du-Prince-Édouard

  • Le béluga trouvé dans la rivière Népisiguit l'an dernier est en vie! Mais il se trouve à nouveau du côté des Maritimes. // The beluga that was entrapped in the Nepisiguit river has been found off Prince-Edward-Island! © Levon Drover
    12 / 12 / 2018 Par Marie-Ève Muller - / / / /

    Des étudiants en plongée sous-marine professionnelle ont été bien surpris d’être rejoints par un béluga lors d’une sortie dans le port de Summerside! Cette espèce est rarement observée du côté de l’Île-du-Prince-Édouard. La nouvelle diffusée sur CBC a attiré l’attention de l’équipe du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM). En comparant les images prises par le journaliste avec celles prises au cours des deux dernières années, les spécialistes des bélugas ont pu confirmer leur doute : il s’agit bien de «Nepi».

    Ce béluga avait causé bien des émois en se retrouvant pris dans la rivière Népisiguit, au Nouveau-Brunswick, en juin 2017. Une importante opération de relocalisation avait été tentée, dans l’espoir que ce jeune mâle rejoigne à nouveau les siens et participe au rétablissement de sa population, celle du Saint-Laurent.

    Or, en juillet 2018, Nepi a été observé à Ingonish, en Nouvelle-Écosse. Il était alors en compagnie d’un autre béluga mâle appartenant à la population des bélugas du Saint-Laurent. Puis, plus de nouvelles jusqu’au 7 décembre, où les étudiants du Holland College ont pu observer de près l’animal, cette fois sans compagnon.

    «C’est une bonne nouvelle de le voir en bon état de chair. Par contre, c’est inquiétant de le trouver encore dans les Maritimes», constate Robert Michaud, directeur scientifique du GREMM et coordonnateur de l’opération de relocalisation du béluga en 2017. «Ce qui est le plus inquiétant, c’est de le voir aller à la rencontre des humains», déplore-t-il. La plupart des cas de bélugas observés hors de leur secteur se sont soldés par des morts accidentelles. «Les bélugas sont des animaux sociaux. Lorsqu’ils sont seuls, ils recherchent la compagnie d’autres espèces, mais parfois des bateaux et des humains. Et cette relation de proximité est trop souvent fatale», explique-t-il.

    Depuis l’observation du 7 décembre, le béluga n’a pas été observé à nouveau. «Si vous voyez le béluga sur l’eau, gardez vos distances et ralentissez, pour sa sécurité et la vôtre», rappelle Robert Michaud. Selon le Règlement sur les mammifères marins de la Loi sur les pêches du Canada, il est interdit de nager volontairement avec les mammifères marins et une distance de 100 mètres doit être conservée entre les embarcations et les animaux.

    Si vous voyez un béluga dans la région des Maritimes, contactez la Marine Animal Response Society (MARS) au numéro sans frais 1-866-567-6277.


    Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM. Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques et des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.