Les échantillons prélevés en surface à partir du voilier océanographique Tara ont révélé une importante pollution par des microparticules de plastique. Les analyses se poursuivent pour en connaître l´impact sur la chaîne alimentaire. Après la découverte des décharges flottantes de la taille d´un continent dans le nord du Pacifique et de l´Atlantique, l´océan austral polaire n´est donc pas épargné.

Dans les six stations de prélèvement de la goélette Tara, tous les échantillons collectés contiennent des particules et des microparticules de plastique, dans des quantités variant de 956 à 42 826 morceaux par kilomètre carré. Les échantillons ont été réalisés en début d´année pendant trois semaines lors du passage de Tara dans l´océan austral et analysés ensuite par l´Algalita Marine Research Foundation basée en Californie.

L´Agalita Marine Research Foundation a mis en place un protocole scientifique utilisé depuis janvier 2011 à bord de Tara afin de mesurer les quantités de plastiques dans les zones explorées par l´expédition Tara Océans. Pour chaque station d´échantillonnage, un filet de surface spécial est traîné dans l´eau pendant une heure et demie pour collecter les déchets de plastique.

Une pollution qui s´accumule dans la chaîne alimentaire

Ces chercheurs poursuivront leurs analyses pour mesurer les impacts de cette pollution depuis la base de la chaîne alimentaire jusqu´au plus haut niveau qui concerne les organismes et mammifères marins ainsi que la santé humaine. Les plastiques contiennent des additifs, et sur les particules de plastiques, les toxines et les microbes viennent se fixer.

Ces régions marines polaires, fort peu fréquentées et éloignées des grands centres urbains et industriels, sont une aire d´alimentation importante pour les mammifères marins et les oiseaux, riche en krill ou zooplancton qui dérive au gré des courants. Les particules de plastique se mélangent aux bancs de krill ou de petits poissons ingérés par de plus grands prédateurs. Elles présentent des risques d´ingestion pouvant créer des étouffements et des lésions internes, et de contamination chimique.

Tara poursuit son périple vers « le continent de plastique » du Pacifique Nord

L´expédition Tara Oceans explore depuis septembre 2009 les océans du monde entier, sous l´égide du programme des Nations Unies pour l´Environnement (PNUE) et en partenariat avec l´Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). L´expédition dirigée par Éric Karsenti et Étienne Bourgois a pour objectif principal de permettre aux scientifiques d´étudier les écosystèmes planctoniques dans la perspective des changements climatiques, et de leurs conséquences sur la chaîne alimentaire marine et sur les récifs coralliens.

Tara quittera bientôt Hawaï pour rejoindre la gigantesque décharge flottante du Pacifique Nord, baptisée « le continent de plastique ». Cette soupe de déchets accumulés par les courants et les vents, déjà bien célèbre, a atteint en 2007 la taille de l´Inde. En Atlantique Nord, se trouve une autre zone de déchets à environ 1 000 km des côtes américaines. Elle est estimée couvrir une superficie égale à la France, la Belgique et la Grèce réunies, et profonde d´une dizaine de mètres.[Agalita Marine Research Foundation, Tara Océans, Futura Sciences, AFP]

Pour en savoir plus:

Sur le site de Futura Sciences : L´expédition Tara Oceans découvre du plastique dans l´Antarctique

Actualité - 6/10/2011

Christine Gilliet

Articles recommandés

Un peu de tranquillité pour les bélugas

Cet été encore, la baie Sainte-Marguerite sera fermée à la navigation du 21 juin au 21 septembre 2020. Depuis 2018,…

|Actualité 10/8/2020

Appel aux plaisanciers : contribuez à la recherche

Comme des milliers d’autres plaisanciers, vous profitez de la température clémente des jours d’été pour naviguer dans le parc marin…

|Actualité 6/8/2020

Concours bulles de science : À vos crayons pour la biodiversité!

Cette année encore, Sciences pour tous organise le concours de bandes dessinées Bulles de science dans le cadre de la…

|Actualité 2/8/2020