L’horizon s’étend sans qu’un souffle de baleine apparaisse. Ce scénario est le même à Tadoussac, aux Bergeronnes, à Franquelin, à Sept-Îles, à Rimouski, à Gaspé et à Newport, où nos collaborateurs surveillent le large. Seuls signes de vie repérés dans les deux dernières semaines : des troupeaux de phoques du Groenland au large de Franquelin et de Sept-Îles ainsi que quelques individus sur les glaces à Gaspé et à Newport.

À l’inverse des baleines, qui prennent la direction des eaux tempérées l’hiver, les phoques du Groenland arrivent en grand nombre l’automne pour passer la saison froide dans le Saint-Laurent. Ils viennent s’y nourrir, mais aussi y donner naissance, se reproduire et muer.

La distribution des phoques du Groenland, l’espèce la plus abondante dans l’hémisphère Nord, est étroitement liée à la formation des glaces. L’été, la population de l’Atlantique Nord-Ouest fréquente les eaux glacées de l’Arctique et de l’ouest du Groenland. L’hiver, trois troupeaux se forment selon l’aire de reproduction : le troupeau de la région du Front au large du Labrador et de Terre-Neuve, celui du golfe à proximité des iles de la Madeleine et finalement un troisième, plus petit, dans le nord du golfe. La mise bas se déroule en février et en mars et le développement des jeunes nécessite une banquise solide.

Sur le rivage ou sur la glace, les phoques nous semblent bien moins agiles que dans l’eau. Leur déplacement rappelle celui d’une chenille. D’abord, le poids est porté sur la poitrine alors que le bassin est propulsé vers l’avant. Ensuite, le poids se transfère sur le bassin alors que le devant du corps s’étire. Les nageoires avant sont utilisées comme support, mais celles de derrière ne peuvent pas se replier; elles trainent. Leurs longues griffes leur permettent de s’agripper sur les rochers ou dans la glace. Découvrez un phoque du Groenland adulte et son petit se déplacer sur la glace ici.

Observations de la semaine - 31/1/2018

Marie-Sophie Giroux

Marie-Sophie Giroux s’est jointe au GREMM en 2005 et y a travaillé jusqu’en 2018. Elle détient un baccalauréat en biologie marine et un diplôme en Éco-conseil. Chef naturaliste, elle supervise et coordonne l’équipe qui travaille au Centre d’interprétation des mammifères marins et rédige pour Baleines en direct et Portrait de baleines. Aux visiteurs du CIMM ou aux lecteurs, elle adore « raconter des histoires de baleines ».

Articles recommandés

«La meilleure saison»

«Le début d’automne, c’est le plus beau moment de l’année pour les baleines!», décrète Renaud Pintiaux, qui observe les baleines…

|Observations de la semaine 24/9/2020

Dauphins d’automne

«Quoi? Des dauphins ici?», s’étonne une lectrice. Pour bien des gens, lorsqu’on parle de dauphin, l’image mentale qui apparait est…

|Observations de la semaine 17/9/2020

Troupeaux de baleines

Les souffles caverneux explosent l’un après l’autre, laissant six colonnes blanches et cylindriques s’estomper lentement. Un troupeau de rorquals communs…

|Observations de la semaine 10/9/2020