Un texte d’Audrey Tawel-Thibert

Une température maussade peut nous importuner et amoindrir la qualité de nos observations. Toutefois, beau temps, mauvais temps, les cétacés doivent subvenir à leurs besoins primaires : respirer et s’alimenter. Leur quotidien n’est donc pas, à proprement parler, bouleversé par de mauvaises conditions météorologiques.

Plus encore, une certaine hypothèse soutient même qu’en période de grands vents et de vagues relativement hautes, les baleines auraient tendance à exécuter davantage de sauts… Une étude australienne publiée en 2016 par Ailbhe Kavanagh et coll. avance ainsi que certains contextes environnementaux, dont la vitesse du vent, inciteraient les cétacés à s’élancer dans les airs, et ce, à des fins de communication avec d’autres groupes dans la même aire géographique (et non pas entre individus d’un même groupe).

Les anecdotes rapportées récemment par des croisiéristes semblent abonder en ce sens ; lors d’une journée en mer où Dame Nature faisait des siennes, de nombreux petits rorquals ont été surpris à faire des sauts entiers (« breachs ») répétitifs, négociant les vagues avec agilité ! Technique de chasse ? Communication ? Jeu ? Surcharge d’adrénaline ? Allez savoir…

Les baleines en questions - 21/7/2017

Collaboration Spéciale

Articles recommandés

Quel est l’impact d’une collision sur la vie sociale d’un cétacé ?

Lorsqu'on évoque les impacts d'un accident entre un navire et un mammifère marin, on se concentre généralement sur les conséquences…

|Les baleines en questions 19/1/2021

Comment rester optimiste face à l’avenir des baleines?

En conservation et en recherche, les efforts pour mettre à jour les connaissances sur les cétacés et les protéger se…

|Les baleines en questions 18/12/2020

La consanguinité, un problème pour les baleines en voie de disparition ?

Il resterait près de 360 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde, et probablement moins d'une dizaine de vaquita…

|Les baleines en questions 26/11/2020