Le Jour de la Terre sera célébré partout dans le monde le 22 avril. Au Québec, le ton se fait plus sévère que par les années passées: «On porte tous un peu le chapeau». Fini, le moment où on pouvait pointer du doigt seulement un autre pays, une entreprise, un voisin. La conservation de la planète, c’est l’affaire de tous et de toutes, toute l’année. Chaque jour, nous posons des gestes qui ont un impact sur l’avenir de la Terre : nos moyens de transports, ce que nous mangeons, la façon dont nous consommons, où nous allons pour nos vacances, etc.

Mais le Jour de la Terre, c’est aussi le moment de célébrer les initiatives d’entreprises ou d’individus qui nous donnent espoir. Des idées parfois simples qui ont des impacts majeurs sur l’environnement. Nous vous proposerons donc au cours des prochains jours des textes inspirants. Et si vous avez des initiatives à nous partager, faites-nous-les parvenir par courriel ou sur Facebook ou Twitter!

D’ici là, voici quelques activités pour célébrer le Jour de la Terre!

+ Participez à un «plogging» ou un «détritrottage» à Laval, à Montréal ou encore à Saint-Césaire, en combinant course à pied et corvée de nettoyage. Une belle façon de rencontrer d’autres adeptes de courses de votre quartier tout en améliorant la qualité de votre parcours.

+ Créez un terrarium pour plantes tropicales à Pointe-Claire, afin de vous initier à l’entretien de plantes à la maison.

+ Tendez l’oreille aux Contes des Eaux Douces à Sherbrookeavec vos jeunes de 5 à 10 ans à Sherbrooke, pour éveiller l’envie de garder la planète la plus propre possible.

+ Discutez avec un panel d’experts et de personnalités de l’avenir de la planète lors de la projection du documentaire La Terre vue du coeur au Centre Phi, à Montréal.

Pour la programmation complète : Jour de la Terre du 22 avril

Actualité - 17/4/2018

Marie-Ève Muller

Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM depuis 2017 et est porte-parole du Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM). Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques, des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.

Articles recommandés

La fragilité des baleines noires à nouveau démontrée

Empêtrements dans des engins de pêche, collisions avec des navires et changements climatiques : les baleines noires de l’Atlantique Nord…

|Actualité 16/3/2023

Katak, le brave béluga : un film qui sensibilise sur la beauté du Saint-Laurent et la fragilité des bélugas

Dans le périple saisissant d’un jeune béluga à la recherche de son grand-père, le film d’animation Katak, le brave béluga, de…

|Actualité 2/3/2023
Rorqual commun

Des rorquals communs synchronisés

13 juillet 2021. Plusieurs grands souffles s’élèvent au large de Sept-Îles. Un, deux, trois souffles. Puis quatre, sept et dix.…

|Actualité 23/2/2023