Pour certaines espèces, oui, le Saint-Laurent est un lieu de reproduction. Pour d’autres, il s’agit seulement d’un garde-manger où elles viennent se remplir la panse avant de regagner des eaux plus chaudes où elles se reproduiront et mettront bas.

Le béluga, seul cétacé résidant du Saint-Laurent, s’accouple au printemps, soit d’avril à juin, et les naissances ont lieu environ un an plus tard. Lors de l’accouplement, les mâles formeraient des coalitions pour les aider à « convaincre » une femelle de copuler. Le 23 août, trois bélugas s’activaient en surface: deux mâles et une femelle, et parmi les éclaboussures, on remarquait des têtes, des queues, des nageoires pectorales et des pénis roses. Accouplement ou jeux sociaux? Difficile à dire. Ce comportement est rarement documenté et peu connu. Ces observations sont précieuses et permettent de mieux comprendre la reproduction des bélugas. Pour les curieux, la « scène » a été filmée:

Les marsouins communs s’accouplent entre juillet et août, alors qu’ils sont abondants dans le Saint-Laurent. La gestation dure environ 10 mois et les naissances ont lieu au printemps suivant, alors qu’ils sont… de retour dans le Saint-Laurent, après un hiver probablement au large des côtes atlantiques! C’est à peu près le même scénario pour les autres « petites » baleines à dents: dauphin à nez blanc, dauphin à flancs blancs, globicéphale noir.

Pour les autres espèces qui fréquentent le Saint-Laurent l’été, l’accouplement et les naissances se dérouleraient ailleurs, au cours de l’hiver. Les cachalots mâles rejoignent les groupes de femelles sous les tropiques; les rorquals à bosse se regroupent dans les Caraïbes; les baleines noires gagnent les eaux chaudes de la Géorgie et de la Floride aux États-Unis… et les autres rorquals? Le mystère plane toujours. Selon des suivis acoustiques américains, les rorquals communs seraient dispersés dans l’Atlantique Nord. Les rorquals bleus s’entendraient depuis les Grands Bancs de Terre-Neuve jusqu’aux Bermudes, et certains passeraient même des hivers dans le Saint-Laurent. Les petits rorquals, eux, se déplaceraient vers les Antilles l’hiver, sans se regrouper.

En savoir plus:

La reproduction des baleines

Les baleines en questions - 4/9/2013

Marie-Sophie Giroux

Marie-Sophie Giroux s’est jointe au GREMM en 2005 et y a travaillé jusqu’en 2018. Elle détient un baccalauréat en biologie marine et un diplôme en Éco-conseil. Chef naturaliste, elle supervise et coordonne l’équipe qui travaille au Centre d’interprétation des mammifères marins et rédige pour Baleines en direct et Portrait de baleines. Aux visiteurs du CIMM ou aux lecteurs, elle adore « raconter des histoires de baleines ».

Articles recommandés

Comment rester optimiste face à l’avenir des baleines?

En conservation et en recherche, les efforts pour mettre à jour les connaissances sur les cétacés et les protéger se…

|Les baleines en questions 18/12/2020

La consanguinité, un problème pour les baleines en voie de disparition ?

Il resterait près de 360 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde, et probablement moins d'une dizaine de vaquita…

|Les baleines en questions 26/11/2020

Les baleines peuvent-elles saliver?

On le sait, les baleines sont de bonnes mangeuses et peuvent repérer leurs proies de loin, certaines grâce au sens…

|Les baleines en questions 13/11/2020