Lors d’une entrevue avec Jon Lien, de la Memorial University à Terre-Neuve, Baleines en direct lui a posé la question suivante : Est-ce que la réglementation canadienne actuelle est adéquate pour prévenir le dérangement lié aux activités d’observation des baleines?

J. L. : Non. La Loi sur les Pêches spécifie qu’il est interdit  » d’importuner un mammifère marin « , mais aucune réglementation ne vient clarifier cet énoncé. Heureusement, Pêches et Océans Canada est conscient de cette lacune et prépare une nouvelle réglementation.

D’ailleurs, j’ai préparé un document à la demande de Pêches et Océans Canada. J’y présente, entre autres, des recommandations pour la gestion des activités d’observation de baleines:

  • Il faut agir rapidement. L’observation des baleines est une industrie majeure, et tout indique qu’elle continuera de croître.
  • Certaines activités sont particulièrement importante pour les baleines: se reposer, se nourrir, échapper aux prédateurs, communiquer avec les membres de son groupe, s’accoupler et s’occuper de sa progéniture. La réglementation doit viser la protection de ces comportements clés.
  • La réglementation devra contrôler les activités des bateaux qui ont des effets à court-terme sur le comportement des baleines : approches rapides à courte distance, approches directes qui forcent une baleine à modifier son parcours, changements rapides de direction et de vitesse près des animaux, poursuite et bruit excessif.
  • Les dérangements répétés et fréquents sont inquiétants pour la conservation des baleines. C’est pourquoi le nombre de bateaux et le temps que chaque bateau passe près des baleines doivent être ciblés par la réglementation.
  • La réglementation devrait pouvoir s’adapter aux nouvelles connaissances scientifiques à propos de l’impact des bateaux sur les baleines et de l’efficacité de la réglementation même.
  • Pêches et Océans Canada devrait mettre en place un programme d’étude des effets des activités d’observation sur les baleines. Ces recherches pourraient se faire en collaboration avec les compagnies d’observation.
  • La mise en place de la nouvelle réglementation devrait s’accompagner d’un programme de communication et de sensibilisation pour expliquer au public la nécessité de la réglementation.

Pour en savoir plus: Voir le portrait de John Lien

Les baleines en questions - 1/1/2008

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Pourquoi donner un prix à une baleine?

Quelle est la valeur d’une baleine? Selon une étude réalisée par le Fonds Monétaire International (FMI) en 2019, une grande…

|Les baleines en questions 23/11/2021

Les baleines peuvent-elles être albinos?

Ils se distinguent de leurs congénères par leur blancheur hors du commun. On les appelle des albinos. Tout comme les…

|Les baleines en questions 17/11/2021

Pourquoi les rorquals communs sont-ils si rapides?

Surnommé le lévrier des mers, le rorqual commun est le plus rapide des grands rorquals qui fréquentent le Saint-Laurent. Sa…

|Les baleines en questions 3/11/2021