Sept carcasses de phoque ont été rapportées aux Îles-de-la-Madeleine et une dans le Bas-Saint-Laurent durant la fin de semaine du 4 avril. Sur l’archipel, le nombre élevé de carcasses découvertes dans un court laps de temps et sur une petite distance ont alerté les membres du Centre d’appels du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM).

Grâce à la documentation visuelle fournie par les témoins, nous avons pu contacter les spécialistes des phoques dès samedi en fin d’après-midi. Ils ont su répondre très rapidement. Le suivi rapide des cas par le RQUMM et ses partenaires démontre que, même si les mesures en place pour prévenir la propagation de la COVID-19 restreignent nos capacités d’intervention, nous pouvons poursuivre notre mission.

Plusieurs hypothèses ont été émises concernant ces échouages multiples. Un troupeau de phoques du Groenland se trouve dans la partie sud du golfe. Cette année, les glaces sur lesquelles ces animaux passent une bonne partie de leur temps ont dérivé de l’ouest au sud des Îles-de-la-Madeleine et ont passé près des iles récemment. Les morts naturelles et la fin de la période de chasse peuvent expliquer la présence de ces carcasses, particulièrement dans la partie sud de l’archipel.

Un autre phénomène a surpris les témoins : l’absence de tête sur la presque totalité des carcasses retrouvées (6 sur 7 carcasses confirmées à ce jour avaient la tête manquante). Là encore, une explication logique existe : les gammares et autres organismes nécrophages s’attaquent aux carcasses par les orifices afin de faciliter leur travail. C’est pourquoi la tête, avec ses nombreuses cavités, est un point de départ de choix pour les charognards.

Au moment de publier ces mots, la présence de ces carcasses n’est pas alarmante. Nous restons tout de même très vigilants. Sans les signalements émis par les citoyens et citoyennes, nous ne serions pas en mesure de récolter ces informations et de voir si la situation évolue. Vos signalements sont donc essentiels !

Des phoques bien vivants sur les plages

La saison des naissances des phoques est elle aussi bien entamée. D’ici les prochains mois, il ne sera pas rare de croiser de jeunes phoques sur les rives. Si cela arrive, restez à une bonne distance (au moins 50 mètres/150 pieds) de l’animal, gardez vos animaux de compagnie en laisse et appelez-nous si vous avez le moindre doute sur l’état de santé de l’animal. Surtout, ne faites aucune action auprès du phoque. Ces animaux sont sauvages et peuvent devenir agressifs s’ils se sentent en danger. La transmission de maladies entre les phoques, les humains et les animaux de compagnie est également possible! Prenez des photos ou vidéos en conservant vos distances, et contactez-nous rapidement au 1-877-722-5346. Notez qu’il est illégal d’importuner un phoque.

Urgences Mammifères Marins - 8/4/2020

Méduline Chailloux

Méduline Chailloux s’est jointe au GREMM en 2018 comme naturaliste au Centre d’interprétation des mammifères marins. Sa soif de partager et d’apprendre des histoires de baleines l’a amenée à revenir en tant que chef-naturaliste en 2019 et à devenir répondante au Centre d’appels d’Urgences Mammifères Marins. Depuis septembre 2019, elle est responsable par intérim du Centre d’appels.

Articles recommandés

Un marsouin commun meurt des attaques de dauphins

Pour le marsouin commun, les menaces ne viennent pas seulement des activités humaines. Le plus petit cétacé à fréquenter le…

|Urgences Mammifères Marins 2/3/2021

Un jeune phoque gris dans les terres aux Îles-de-la-Madeleine

Quand un jeune phoque gris se retrouve à près d’un kilomètre à l’intérieur des terres aux Îles-de-la-Madeleine, que faire? C’est…

|Urgences Mammifères Marins 5/2/2021

Après analyse complète, on ne connait pas la cause de la mort du rorqual à bosse vu à Montréal

Malgré les analyses des croisements de données de conditions corporelles, de comportements et de la carcasse d’une femelle rorqual à…

|Urgences Mammifères Marins 27/1/2021