De vieilles connaissances en Gaspésie

  • Tic Tac Toe en Gaspésie
    © GREMM
    16 / 05 / 2014 Par Michel Moisan -

    Michel Moisan, technicien senior et responsable des opérations en mer pour le GREMM, accompagne une équipe de l’Institut Maurice-Lamontagne (Pêches et Océans Canada) pour une mission scientifique en Gaspésie, dans le cadre d’un nouveau projet de recherche sur la production et la consommation du krill dans le Saint-Laurent. Voici ses impressions des premiers jours de la mission.

    Basé à Tadoussac depuis près de 20 ans, j’ai participé à toutes sortes de projets de recherche, avec les bélugas et les grands rorquals. Mais je n’avais jamais travaillé avec les baleines de la Gaspésie. Alors quand on m’a proposé de donner un coup de main pour concevoir et poser des balises télémétriques sur des baleines en Gaspésie, un des attraits, c’était la nouveauté. J’allais voir de nouveaux individus, qui ne fréquentent pas l’estuaire…

    Et bien non! La mission a débuté le 12 mai. Les quelques premiers jours, on a surtout rodé le matériel et attendu le beau temps. Finalement, jeudi, on prend la mer. On croise quelques petits rorquals, mais on ne travaille pas avec cette espèce dans le cadre de la mission. On aperçoit finalement des souffles. Ce sont des rorquals à bosse. Pas une espèce prioritaire dans le cadre du projet, mais ça pourrait permettre de faire des tests importants pour assurer le bon déroulement du projet. On s’essaie à la pose d’une balise télémétrique (malheureusement sans succès)… Et je reconnais des baleines de “par chez-nous”! Tic Tac Toe, Irisept, peut-être même Blizzard et enfin Gaspar, tous des rorquals à bosse connus pour fréquenter l’estuaire du Saint-Laurent! Des baleines que j’ai déjà photographiées et pendant plusieurs heures à l’aide de balises télémétriques! Quelle ironie! Venir si loin, pour retrouver “nos” baleines…

    Mais, quand j’y pense, ce n’est pas si surprenant… Elles voyagent pas mal plus que moi, ces baleines, et je savais bien qu’elles fréquentaient aussi d’autres secteurs du golfe. L’équipe du MICS les photographie régulièrement en Gaspésie ou en Minganie. Tic Tac Toe, entre autres, fait souvent des allers-retours rapides entre ces secteurs (elle était d’ailleurs devant Les Bergeronnes le 3 mai dernier). Mais, quand même, j’aurais bien aimé voir quelques-uns des plus de 700 autres rorquals à bosse qui figurent au catalogue central du Saint-Laurent, géré par le MICS…

    À suivre dans les prochains jours! On se souhaite du beau temps (pas trop de vent!), des baleines calmes et faciles à approcher et idéalement des rorquals bleus et des rorquals communs.