Le système digestif des baleines est constitué d’un œsophage, d’un estomac compartimenté (similaire à celui des ruminants comme les vaches ou les hippopotames) et d’un intestin. Les proies, ingérées une à la fois comme chez les baleines à dents ou par milliers comme chez les baleines à fanons, sont avalées tout entières sans être mâchées. Elles transitent alors vers l’œsophage, poussées vers l’estomac extensible. L’œsophage du rorqual bleu, même s’il avale 2 à 3 tonnes de krill par jour, ne mesure que 15 à 25 cm une fois étiré au maximum. La nourriture atteint ensuite le premier compartiment de l’estomac: la panse. La nourriture prédigérée y est stockée. Ce compartiment défait la nourriture par des mouvements mécaniques musculaires qu’on appelle péristaltisme. Le tout est ensuite dirigé vers l’estomac principal, le cardiaque, où des glandes produisent de l’acide et des enzymes servant à digérer la nourriture (acide hydrochlorique, pepsine). Le trajet se poursuit par un conduit étroit pour finalement atteindre le dernier compartiment de l’estomac, le pylorique. Celui-ci est caractérisé par la présence de nombreuses glandes à mucus qui faciliteront le transit intestinal. Ce sont les actions combinées de ces différents compartiments qui permettent entre autres de digérer l’exosquelette de chitine du krill et les proies avalées en entier.

La nourriture digérée poursuit son trajet vers l’intestin grêle, où commence l’absorption des nutriments. La taille de l’intestin varie en fonction des espèces: il peut mesurer de 5 à 6 fois la taille de l’animal ce qui équivaut à 150 m chez le rorqual bleu. Les cétacés n’ont pas de vésicule biliaire, c’est donc le foie qui fournit la bile, essentielle à la digestion. Les cétacés ont le plus gros foie de tous les mammifères. Le cachalot détient une substance appelée ambre gris qui facilite la digestion des becs de calmars pouvant irriter l’intestin.

Pour en savoir plus :

L’alimentation des baleines

Les baleines ont-elles des flatulences?

Les baleines en questions - 15/7/2015

Camille Bégin Marchand

Camille Bégin Marchand a travaillé au GREMM de 2013 à 2018. Elle a commencé comme naturaliste au Centre d’interprétation des mammifères marins, mais son intérêt pour l’écriture scientifique l’a menée à travailler comme rédactrice pour Baleines en direct. Passionnée par la biologie et amoureuse de la région, elle fait aussi une maitrise en sciences de la forêt en collaboration avec l’Observatoire d’Oiseaux de Tadoussac.

Articles recommandés

Les baleines font-elles preuve d’altruisme? (3/3) L’exemple des cétacés à l’état sauvage

Prendre soin d’individus malades, blessés ou morts - un comportement dit épimélétique – est une forme d’expression de l’empathie courante…

|Les baleines en questions 10/11/2022

Où en est la chasse à la baleine dans le monde ?

L’opinion publique semble de plus en plus concernée par l’avenir des baleines qui sont devenues, au fil du temps, un…

|Les baleines en questions 3/11/2022

Comment démystifier la taxonomie des baleines?

Par définition, la taxonomie est une science visant l’étude de la diversité du monde vivant. Pour ce faire, les différents…

|Les baleines en questions 3/11/2022