Ce matin du 30 juillet, l’équipe d’Urgences Mammifères marins nous informe qu’une carcasse de béluga est à la dérive, à l’est du village des Bergeronnes, alors que nous sommes déjà sur l’eau et dans ce secteur. On avait décidé de travailler à l’aval de Tadoussac pour notre suivi de bélugas, les conditions météo sont excellentes : pas de vent, mer calme et grand soleil. On garde l’œil ouvert pour cette carcasse. Soudain, avant d’arriver à la baie en amont du cap de Bon-Désir, on aperçoit un béluga immobile au loin dans la baie. Nous nous approchons à toute petite vitesse, jusqu’à 40 mètres de l’animal, et il se met à bouger. Il fait du billotage (un mot pour dire qu’il flotte comme un billot de bois), comme s’il dormait. Notre approche a duré une bonne dizaine de minutes, et pendant ce temps-là, l’animal n’a fait aucun mouvement. Il est vivant mais pas dynamique, maigre, sa peau est jaunie, sa respiration est lente. Nous faisons trois approches pour faire les photos d’identification. Dès que le bateau s’éloigne, l’animal se remet à faire du billotage.

Par radio, nous avisons les bateaux d’excursion de notre rencontre afin qu’ils ne confondent pas ce béluga avec la carcasse à la dérive signalée. Un béluga peut faire du billotage jusqu’à 30 et même 45 minutes. Il flotte à la surface comme un animal mort, mais il ne l’est pas. Il s’agit de Dl 102, surnom Dance-Sea, un mâle bien connu depuis 1989. À l’arrière de sa tête, une sorte de trou, de dépression dans la couche de gras.

Après avoir quitté cet animal, nous rencontrons un très gros troupeau, une cinquantaine d’individus, à un mille et demi de l’île aux Basques. Parmi ces animaux beaucoup présentent de petites marques surtout au niveau de la crête dorsale. Environ deux heures plus tard, nous avons réalisé les photos nécessaires à l’identification de la plupart des individus et le contact avec ce troupeau se termine.

Présents à bord : Tim Perrero et Renaud Pintiaux

Pour signaler un animal en difficulté ou mort, composez le numéro sans frais 1877-7baleine (1877-722-5346), Urgences Mammifères Marins étant joignable 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Carnet de terrain - 31/7/2014

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Avec les visiteurs… au Centre d’interprétation des mammifères marins en période de COVID-19

Qu’elles se déroulent sur l’eau ou sur la terre, les activités de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur…

|Carnet de terrain 9/9/2020

Avec les bélugas… photographiés de la rive

Depuis 8h le matin, l’assistant de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), Mathieu Marzelière,…

|Carnet de terrain 3/9/2020

Tout ce qu’il y a dans un nom : étudier les cris des bélugas sauvages

Par Valeria Vergara, chercheuse affiliée à Ocean Wise Ce billet a d’abord été publié sur le blogue d’Ocean Wise en…

|Carnet de terrain 24/8/2020