Il y a quelques semaines, un botaniste passionné de la nature et de la faune profitait d’une journée d’hiver pour faire le tri dans sa boite de photos souvenirs. Voilà sur quoi il est tombé :

Ce sont les photos d’un rorqual commun, deuxième plus grand animal de la terre, qui avait été signalé mort à la dérive au large de Montmagny, en octobre 1988. Il s’agissait non seulement d’un évènement rarissime, mais aussi le début d’une épopée sans pareil pour le GREMM, nommé autrefois le Groupe de recherche sur le milieu marin.

Peu de moyens, beaucoup d’ambition

Le Centre d’interprétation des mammifères marins (CIMM) venait d’ouvrir ses portes et les créateurs de ce musée étaient ambitieux! Ils ont décidé de remorquer sur les berges, avec une chaloupe, la baleine de 12 mètres, de la dépecer et de récupérer le squelette pour l’exposition qui était jadis dans un bâtiment modeste, aux abords de cale sèche de Tadoussac comme l’est le CIMM actuel.

Même aujourd’hui, avec près de 30 ans d’expérience, le dépeçage et la récupération d’un squelette de baleine demeurent une intervention longue et complexe qui nécessite une expertise particulière: demande d’autorisations et de permis, planification des étapes et organisation des troupes, acquisition du matériel et des outils appropriés (comportant des risques de blessures) et règles de sécurité et d’hygiène à respecter. À titre d’exemple, la récupération de la baleine noire Piper à l’été 2015 a nécessité l’implication d’une vingtaine de personnes, dont des biologistes et vétérinaires, qui ont travaillé pendant plus de quatre jours à récupérer la carcasse et dégager les os. Une intervention colossale!

À l’époque, ils n’étaient que quatre à travailler sur ce mastodonte, tous inexpérimentés, mais motivés par la pièce unique de musée qu’allait devenir cette baleine. Au bout de deux jours de travail acharné (et improvisé!), le squelette était dégagé. Puis, après quelques mois de nettoyage des os, d’efforts et de casse-têtes pour l’assemblage et l’installation, la baleine était finalement fine prête à accueillir les visiteurs, surplombant les ilots de l’exposition.

Voyez le reportage au bulletin de nouvelles de Radio-Canada:

Apprendre à la dure

La fin de l’histoire de ce squelette n’est pas à l’eau de rose. L’équipe du GREMM, pressée de voir l’œuvre accrochée et voulant la rendre esthétique, avait verni les os peu de temps après avoir fini le nettoyage. Comme le squelette des baleines renferme une quantité importante de gras stocké dans les os poreux, la graisse a continué de suinter sous le vernis, ce qui a fait pourrir le squelette, qui s’est rapidement détérioré. La pièce a donc dû être retirée de l’exposition.

Depuis, les spécialistes de l’équipe du GREMM ont développé une technique efficace pour nettoyer et blanchir les os. La collection du CIMM compte aujourd’hui une douzaine de squelettes, du marsouin commun de 1,5 m au cachalot de 13 m. L’ambition de ses fondateurs ne s’est pas ternie avec les années: on aspire à y ajouter un autre rorqual commun, récupéré en 2008 au large des Bergeronnes, et donner une deuxième vie à Piper, la baleine noire de Percé.

En ce qui concerne le rorqual commun de Montmagny, une nageoire pectorale et un os de la mâchoire sont encore présents dans l’exposition actuelle, ainsi qu’une reproduction de cette mâchoire, créée pour le décor du film Agakuk, réalisé en 1992.

Carcasse d'une baleine à bec de sowerby
Une baleine à bec de Sowerby s'est échouée à l'Île aux Pommes en juillet 2013. Le squelette a été récupéré et ajouté à la collection du CIMM à Tadoussac
Montage d'un squelette de mammifère marin dans le musée du GREMM
Une équipe expérimentée du GREMM a travaillé au fil des ans à monter la collection du CIMM à Tadoussac qui compte une douzaine de squelettes de baleines
Os en processus de dégraissage
Le dégraissage des os est une étape cruciale pour bien préserver le squelette
Mise en place d'un squelette de mammifère marin
Patience, minutie et agilité sont de mise afin d'assembler chaque os pour donner une deuxième vie aux baleines trouvées échouées
Squelette de dauphin
Ce squelette de dauphin est parmi la collection du CIMM, en plus des bélugas, cachalots et petits rorquals qui sont aussi au plafond des salles d'exposition et de projection
Carcasse de rorqual commun
Ce rorqual commun a été trouvé mort à la dérive au large de Tadoussac à l'été 2008. Le GREMM aspire l'ajouter à sa collection sous peu. Chaque étape est un défi de taille!
Squelette de petit rorqual
L'assemblage des os est complexe, mais l'installation des fanons, ces structures poilues, représente aussi un défi. Particulièrement le nettoyage!
Urgences Mammifères Marins - 25/1/2017

Josiane Cabana

Josiane Cabana a été directrice du Centre d’appels du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins de 2011 à 2018. Entre les cas de mammifères marins morts ou en difficulté auxquels elle répond, elle aime prendre le temps de sensibiliser les riverains aux menaces qui pèsent sur ces animaux. Biologiste de formation, elle s’implique au sein du GREMM depuis plus de 15 ans, toujours avec la même passion!

Articles recommandés

Pourquoi signaler une carcasse?

C’est simple: en signalant une carcasse au Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM), vous contribuez à la conservation…

|Urgences Mammifères Marins 20/7/2020

Un jeune phoque barbu à Laval

Un jeune phoque de l’espèce phoque barbu est observé du 23 juin au 28 juin à Laval, à la marina…

|Urgences Mammifères Marins 25/6/2020

Dans les coulisses du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins

Que se passe-t-il de l’autre côté de la ligne pendant et après le signalement d’un cas au Centre d’appels du…

|Urgences Mammifères Marins 23/6/2020