Bénévoles recherchés aux Îles, sur la Côte-Nord et en Gaspésie

  • Des bénévoles ont documenté l'échouage d'un petit rorqual à Lévis, en 2016 © GREMM
    24 / 01 / 2018 Par Josiane Cabana

    Plus d’une centaine de riverains ont réitéré récemment leur intérêt pour être bénévoles pour Urgences Mammifères Marins, mais certaines régions pourraient compter encore plus de bénévoles disponibles pour intervenir sur le terrain.

    C’est le cas aux Îles-de-la-Madeleine, sur la Basse-Côte-Nord et sur la rive nord de la Gaspésie, soit entre Sainte-Anne-des-Monts et Gaspé. La région entre Saint-Fabien et Matane pourrait aussi accueillir quelques bénévoles supplémentaires, comme plusieurs cas surviennent sur cette rive.

    En effet, ces régions sont régulièrement le théâtre d’incidents impliquant des mammifères marins morts ou en difficulté. Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins, qui a pour mandat d’entre autres documenter les causes de mortalités des pinnipèdes et des cétacés et de venir en aide à des animaux en difficulté, a besoin des citoyens pour faire des interventions de premier niveau, surtout durant la saison estivale.

    Les interventions faites par les bénévoles

    Les bénévoles sont appelés à :

    • prendre des photos sur les sites d’échouages
    • mesurer des animaux morts
    • informer des curieux présents lors d’intervention
    • établir des périmètres de sécurité et faire de l’affichage pour des cas en cours.
    Une bénévole aide à mesurer une carcasse de béluga © Réjean Côté

    Une bénévole aide à mesurer une carcasse de béluga © Réjean Côté

    Si l’intérêt y est, un bénévole peut aussi collaborer aux projets d’échantillonnage de carcasses de cétacés, coordonnés par des chercheurs de Pêches et Océans Canada.

    Parfois, lors d’évènement inhabituel, comme la récupération et la nécropsie d’un grand cétacé, les bénévoles sont invités à assurer différentes tâches, selon leur intérêt et leur disponibilité.

    Que faut-il pour être bénévole pour Urgences Mammifères Marins?

    • Aucune expérience ni formation n’est requise
    • Être motivé et vivre à proximité du Saint-Laurent
    • Avoir une certaine disponibilité et flexibilité dans son horaire
    • Porter un intérêt pour les mammifères marins
    • Posséder un équipement facilitant le travail du centre d’appels: appareil-photo numérique ou téléphone intelligent, accès à Internet, véhicule et téléphone cellulaire (pour les communications sur le terrain et idéalement pour l’envoi rapide de la documentation visuelle)
    • Suivre une formation obligatoire (en ligne, à distance) d’une durée de trois heures en mars 2018.

    Comment faire pour devenir bénévole?

    Cliquez ici ou sur le bouton “J’adhère!” et vous serez redirigé vers la nouvelle plateforme en ligne de gestion des bénévoles AssoConnect pour y remplir votre fiche personnelle.L'inscription des futurs bénévoles se fait en ligne sur le site d'AssoConnectLa description générale du projet ainsi que les conditions détaillées pour devenir bénévoles s’y trouvent.

    Au plaisir de traiter des cas avec vous!


    Josiane Cabana est directrice du Centre d’appels du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins. Entre les cas de mammifères marins morts ou en difficulté auxquels elle répond, elle aime prendre le temps de sensibiliser les riverains aux menaces qui pèsent sur ces animaux. Biologiste de formation, elle s’implique au sein du GREMM depuis plus de 15 ans, toujours avec la même passion!