Pourquoi des chercheurs?

Le mot est bien choisi pour définir notre travail de suivi des bélugas, car avant de pouvoir étudier les interactions sociales entre les individus, il faut d’abord les trouver!

Quand on navigue dans les aires de hautes fréquentations de certaines communautés de bélugas comme l’embouchure du Saguenay, on pourrait croire que la densité de bélugas est identique à ces aires de hautes fréquentations dans toute l’aire de distribution (entre L’Isle-aux-Coudres jusqu’à Forestville pour la rive nord et Rimouski pour la rive sud). Cependant, c’est loin d’être le cas. Il nous arrive parfois de naviguer plusieurs heures sans apercevoir aucun béluga.

Le mercredi 16 aout, les forts vents du nord-ouest ne nous laissent guère de choix, notre seule chance de travailler se trouve près de la rive de Charlevoix. Nous nous dirigeons vers l’amont en espérant trouver un endroit calme avec des bélugas. Nous rencontrons notre premier troupeau une heure trente plus tard, au Cap de la Tête au Chien, un endroit splendide que les bélugas fréquentent régulièrement, et par chance, les vagues ne sont pas trop intenses pour le moment. Après deux heures de travail, nous avons croqué le portrait d’une bonne partie du troupeau et réussi une biopsie sur un animal bien marqué, juste avant que le vent ne reparte de plus belle et mette un terme à notre journée de travail sur l’eau.

Préidentifications de la semaine

Malgré l’abondance de photos, la plupart des animaux photographiés n’avait que de petites marques. L’analyse plus poussée permettra d’en identifier plus. Pour le moment, voici les trois bélugas identifiés :

Dl2505 Delphi
Dl1903
Dl1465   (dernière observation 2010)

La liste complète des bélugas identifiés nécessite un travail d’appariement minutieux qui sera poursuivi après la saison de terrain.

Carnet de terrain - 24/8/2017

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Récit de migration au Mexique

Depuis 2019, je migre quelques mois par année au Mexique, plus précisément à Puerto Vallarta dans l'état de Jalisco. La…

|Carnet de terrain 30/3/2023

Le petit guide de la nécropsie partielle

Dans le cadre d’une formation, ma collègue Méduline Chailloux, technicienne à Urgences Mammifères Marins (UMM) et moi-même nous rendons, par…

|Carnet de terrain 22/3/2023

Une GREMMeline à IMPAC5

Du 3 au 9 février dernier se tenait le cinquième Congrès international sur les aires marines protégées, IMPAC5, à Vancouver,…

|Carnet de terrain 8/3/2023