Lundi 13 aout 2018 au petit matin. L’équipe du BpJAM prend le large en direction de la bouée de mi-chenal dans des conditions météo parfaites.

Alors que les compagnies de croisières aux baleines s’exaltent devant la diversité de grands rorquals présents dans le secteur, nous sommes plutôt à la recherche de bélugas pour poursuivre le programme de photo-identification des bélugas du Saint-Laurent mené par le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM).

Après une petite heure de recherche, nous croisons enfin un petit groupe d’une vingtaine de bélugas. Le travail commence. Puis, à mesure que le bateau se rapproche du groupe, nous réalisons que ce n’est pas une vingtaine de bélugas autour de nous, mais bien un troupeau de pas moins de 150 baleines blanches !

Nous commençons à photographier deux groupes d’une vingtaine de bélugas où l’on a pu identifier Douxi, connu depuis 1990 et facilement reconnaissable grâce à sa belle marque du côté gauche sur son pédoncule. Douxi n’avait pas été vu depuis 2009 !

Mais à quelques centaines de mètres en amont de notre position, un groupe de sept jeunes adultes attire notre attention. L’un d’entre eux ne nage pas comme les autres, il sort sa queue à chaque ventilation.

Et à mesure que nous nous en approchons, l’interrogation se dissipe pour laisser place à la stupéfaction… il n’a plus de nageoire caudale !

Ce béluga sans queue n’a jamais été vu auparavant. Comment s’est-il fait cette blessure ? Une collision avec une hélice de navire? Un empêtrement dans un cordage? Impossible de confirmer l’origine de cette amputation.

Cependant, ce béluga parait être en bonne santé et sa blessure ne date pas d’hier, puisqu’elle est bien cicatrisée. De plus, bien qu’il sorte son pédoncule à chaque respiration, il se déplace comme ses congénères tout en gardant la même vitesse que le peloton.

Malheureusement, l’arrivée d’une vague de brouillard sur notre lieu de travail met un terme à la rencontre plus vite que prévu. Ce n’est pas la première baleine estropiée rencontrée dans le parc marin du Saguenay Saint-Laurent, et malheureusement, surement pas la dernière. Quels sont les impacts d’une telle amputation? La photo-identification nous permettra peut-être de suivre l’évolution de la vie de cet individu handicapé, et de mieux comprendre les effets d’une telle perte sur son avenir et sa santé.

Carnet de terrain - 16/8/2018

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Attrape-moi si tu peux : une semaine à l’échouerie de Saddle Island

6 h 30, le réveille sonne pour une nouvelle journée de terrain. Je ne suis pas à Tadoussac, mais bien à l’Île-du-Prince-Édouard…

|Carnet de terrain 13/2/2020

Avancement de la préparation des squelettes du Centre d’interprétation des mammifères marins

  Lors de son dernier entretien avec une stagiaire de Baleines en direct à l’automne 2018, Michel Martin, naturaliste sénior…

|Carnet de terrain 3/2/2020

La glace est-elle une menace naturelle importante pour les rorquals bleus dans le golfe?

En revisitant mes photos prises cet été, j’ai réfléchi à des marques particulières vues sur les rorquals bleus. Le 1er…

|Carnet de terrain 2/12/2019