Depuis 1994, des échantillons ont été pris sur près de 3000 excursions en plein cœur du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent par l’équipe de Parcs Canada et ses collaborateurs : le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), qui a mis en place ce suivi à la demande de Parcs Canada, et le Réseau d’observation de mammifères marins (ROMM), qui applique le suivi dans l’entourage du parc marin.

À bord des bateaux d’excursion, les assistants de recherche ont trois minutes pour noter l’activité du bateau où ils se trouvent ainsi que la présence d’embarcations et de mammifères marins dans un rayon de deux kilomètres. Ce protocole est répété toutes les dix minutes tout au long de la sortie. On surnomme ces suivis les « AOM », les activités d’observation en mer.

Ces données recueillies ont permis de dresser un portrait global des activités d’observation en mer des mammifères marins au fil du temps, de cartographier l’utilisation du territoire et de faire un suivi sur la fréquentation des rorquals dans le parc marin. Ces informations sont essentielles pour encadrer cette activité touristique et en assurer une gestion qui répond à la mission de conservation du parc marin.

Laurie et Jade-Audrey, deux assistantes de recherche à Parcs Canada, partagent des moments mémorables qu’elles ont vécus lors de leurs sorties en mer.

Petit rorqual « en feu »

Mon poste au sein de l’équipe de Parcs Canada me demande d’effectuer le suivi des AOM. Ce travail me permet de vivre des journées complètement différentes les unes des autres!  J’ai ainsi la chance d’observer les divers comportements des mammifères marins dans leur environnement naturel.

Le 27 juin en après-midi, au départ du quai de Baie-Sainte-Catherine, je m’attendais à un après-midi plutôt calme avec peu d’observations en raison d’un brouillard dense limitant ma visibilité autour du navire. Toutefois, après seulement 10 minutes sur l’eau, j’entends de grosses éclaboussures produites vers l’arrière du bateau. Je me précipite alors dans cette direction et, à ma grande surprise, j’aperçois un petit rorqual jaillir énergiquement hors de l’eau. Ce dernier exécute ces sauts à plusieurs reprises! Il est en train de « surfer » dans les vagues produites par le bateau, un peu comme le ferait un dauphin. Il s’agit d’une incroyable observation qui démontre bien l’agilité, le dynamisme et peut-être la notion de jeu chez cette espèce. Il nous suit encore quelques minutes avant de nous laisser, la naturaliste et moi, complètement émerveillées.

Laurie St-Jean Jutras, étudiante

Conservation des ressources

Laurie St-Jean Jutras s’est jointe à l’équipe de Parcs Canada cette année. Elle effectue un baccalauréat en sciences biologiques à l’Université de Montréal et souhaite continuer son cheminement aux cycles supérieurs afin de poursuivre une carrière scientifique dans l’étude des mammifères marins.  Lorsque Laurie n’est pas à bord des bateaux ou sur le long des rives, elle a le nez dans les livres pour continuer d’en apprendre toujours plus sur les baleines!

Moments intimes entre une mère et son nouveau-né

Me voici en mer, entre Tadoussac et Les Bergeronnes, à bord d’un zodiac. Je prends note de mes données quand, au loin, nous voyons un souffle qui ressemble à celui d’un rorqual à bosse. Il est plus rond que droit. Oh… en voilà un deuxième, cette fois-ci beaucoup plus petit. Serait-ce une mère accompagnée de son nouveau-né? Je suis fébrile! La femelle Tic Tac Toe a été observée récemment avec un jeune!

On s’approche lentement. Voilà la queue de l’animal qui s’élève et oui, il s’agit bien de Tic Tac Toe! On peut reconnaitre certains rorquals à bosse par la coloration unique qu’ils ont sur le dessous de leur queue. Cette « habituée » du parc marin est accompagnée par son nouveau-né et son jeune âgé d’un an.

Après plusieurs minutes d’observation, la mère reste en surface et semble moins active. Son nouveau-né remonte à la surface à intervalles espacés d’environ 10 à 15 secondes et plonge à chaque respiration. Le jeune d’un an reste à proximité dans le même site d’observation. Après plusieurs minutes à observer la mère et le nouveau-né, je me questionne… serait-ce de l’allaitement? Possible, étant donné que l’allaitement dure de 5 à 10 mois. Me voilà entre deux blocs d’observation, alors je m’empresse de filmer le tout pour tenter de valider ce que j’ai sous les yeux.

De retour sur terre, je repense à ces moments exceptionnels dont j’ai été témoin et je me dis : « à la revoyure, chère matriarche du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent! »

Jade-Audrey Lavergne, étudiante

Conservation des ressources

Jade-Audrey a rejoint l’équipe de Parcs Canada en 2021, plus précisément dans l’équipe de l’expérience du visiteur. Cette année, elle est de retour et a rejoint l’équipe de la conservation des ressources. Jade-Audrey a un parcours scolaire très vaste : des études en arts plastiques, en psychologie et en biologie. Cette passionnée des baleines poursuit un diplôme d’études supérieures en gestion intégrée des zones côtières à la TÉLUQ depuis 2022. Son projet de recherche est tourné vers les mammifères marins du golfe du Saint-Laurent et utilisera l’hydroacoustique pour en découvrir plus sur leurs communications.

Carnet de terrain - 11/8/2022

Collaboration Spéciale

Articles recommandés

À la rencontre des bélugas de Cacouna

«Hey regarde! Là! Un béluga!» Perché.e.s sur notre plateforme d’observation sur la montagne sacrée de Gros-Cacouna, Sami et moi rivons…

|Carnet de terrain 20/9/2022

Projet sur les espèces aquatiques envahissantes

C’est dans la semaine du 11 au 15 juillet que se déroulait la deuxième année d’échantillonnage du projet de Parcs…

|Carnet de terrain 18/8/2022