Durant la journée du mercredi 8 aout, l’équipe du Bleuvet était sur l’eau à la recherche d’un troupeau de bélugas pour effectuer son programme de photogrammétrie. Ce programme, comme on l’a vu dans ce carnet de terrain, vise à documenter le tour de taille des bélugas, entre autres choses.

C’est dans les environs du cap de la Tête au Chien dans Charlevoix qu’un membre de l’équipe a aperçu un objet étrange flottant sur l’eau tranquille. En s’approchant davantage, il est devenu clair qu’il s’agissait d’une petite carcasse de baleine, plus spécifiquement, une carcasse de béluga en décomposition.

Après un appel au Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins, la décision d’échantillonner la carcasse a été prise. Après avoir stabilisé le béluga avec de la corde, le travail a commencé. La longueur de l’animal a d’abord été mesurée. Avec une taille de moins de 1,70 m, nous avons pu déterminer rapidement qu’il s’agissait d’un nouveau-né. Par la suite, la mâchoire a été récoltée. Celle-ci servira aussi à déterminer l’âge de l’individu selon l’absence ou la présence de dents ainsi que la taille de celles-ci. Pour finir, des échantillons de peau ont aussi été prélevés pour l’analyse génétique de l’animal.

À cause de l’état de décomposition, le sexe de l’individu n’a pas pu être déterminé. Il n’est pas rare de trouver un nouveau-né en décomposition aussi avancée dû à la fragilité de leurs tissus. Il est intéressant de noter la présence de scarabées à l’intérieur et l’extérieur de la carcasse. Ceux-ci pourraient être une indication que la baleine aurait à un moment atteint le rivage puis serait repartie vers le large avec la marée.

Une fois l’échantillonnage terminé, l’équipe du Bleuvet a repris sa route vers des bélugas bien vivants, allant ainsi chercher un autre type de données tout aussi intéressantes, mais beaucoup moins salissantes et odorantes.

Si vous observez une baleine en difficulté ou morte, n’oubliez pas de contacter le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins !

Les bélugas identifiés au cours des derniers jours

Dl21 Yogi, adoptée par Bell Canada

Dl83 Vita, adopté par Shaklee Canada Inc.

Dl113 Jetstream, adopté par The Fairmont Vancouver Airport

Dl173

Dl204 Mirapakon, adopté par Les enduits Mirapakon Inc.

Dl240

Dl370

Dl516

Dl1465

Dl1757 Blanche, adoptée par la Municipalité de Tadoussac

Dl1903 Artsea, adoptée par les clientes des magasins Simons

Dl1935

Dl2384

Dl9031 Dorothy, adopté par Adelaide Gomer, Mathijs et Anneke Wittink

Dl9050

Carnet de terrain - 10/8/2018

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Avec les visiteurs… au Centre d’interprétation des mammifères marins en période de COVID-19

Qu’elles se déroulent sur l’eau ou sur la terre, les activités de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur…

|Carnet de terrain 9/9/2020

Avec les bélugas… photographiés de la rive

Depuis 8h le matin, l’assistant de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), Mathieu Marzelière,…

|Carnet de terrain 3/9/2020

Tout ce qu’il y a dans un nom : étudier les cris des bélugas sauvages

Par Valeria Vergara, chercheuse affiliée à Ocean Wise Ce billet a d’abord été publié sur le blogue d’Ocean Wise en…

|Carnet de terrain 24/8/2020