Trèfle

- Matthew Ralph Kane Foundation
  • No d'identification : DL0045
  • Sexe : Mâle
  • Naissance : Avant 1974
  • Connu depuis : 1988
  • Adopté depuis : 1988
0045_D_BLV030903_1018_0
0045_D_BLV100930_1087_0
0045_D_BR90-021-32-1
0045_G_BL92-015-26-1
0045_G_BL96-042-19-1
0045_G_BLV030730_1100_0

Portrait

La cicatrice en forme de trèfle sur le flanc droit a inspiré le nom donné à DL0045. Pour le reconnaître du flanc gauche il faut scruter attentivement la crête dorsale afin d’y déceler les légères dépressions vers la fin.

La première fois que Trèfle est photographié, en 1988, il est déjà d’un blanc immaculé. Il est donc né avant 1974.

Sa forte taille et ses fréquentations suggèrent qu’il s’agit d’un mâle. Il fait partie du réseau de mâles que l’on surnomme les «Downstream boys» et que l’on observe régulièrement entre Tadoussac et Les Escoumins.

Clin d’œil

Il existe deux réseaux de mâles qui fréquentent la tête du chenal Laurentien et le fjord du Saguenay. Un autre réseau de mâles, les «Downstream boys» utilise aussi la tête du chenal et la portion aval de l’estuaire. Même si leurs territoires se chevauchent, les individus d’un réseau côtoient très peu les mâles des autres réseaux. À l’intérieur de ces réseaux, il existe des bandes, soit des petits groupes de mâles régulièrement vus ensemble.

Observé(e) régulièrement avec:

Historique des observations de Trèfle

Dernières nouvelles

  • 27 AOÛT 2016

    Nous naviguons dans l’embouchure du Saguenay, près de l’îlet aux Morts lorsque nous apercevons Trèfle dans un troupeau d’une soixantaine d’individus, des adultes blancs et de jeunes adultes gris. Nous reconnaissons aussi Nics — un mâle du Saguenay avec son compagnon DL0218 — tandis que Trèfle serait un mâle du réseau « Downstream boys » particulièrement observé entre Tadoussac et Les Escoumins.

    Les animaux sont très actifs: une « scène » représentative de nos rencontres avec les troupeaux de jeunes mâles. Certains bélugas sortent la tête en surface, comme pour nous espionner, d’autres sortent la queue hors de l’eau. Ils plongent et remontent plusieurs fois dans une barre de courant probablement où sont piégées les proies. Une heure plus tard, la marée s’inverse et la barre de courant s’atténue. Le comportement des animaux change: ils se dirigent très lentement, profitant du courant de la marée descendante, vers l’aval.

    Mise à jour : 22 mars 2017

Le parrain