Gaspar

Humpback Whale

ligne décoration
  • ID number

    H626

  • Sex

    Female

  • Year of birth

    2005

  • Known Since

    2006

Ses traits distinctifs

Gaspar est reconnaissable grâce au patron de coloration derrière sa queue. Sur le lobe droit, on peut voir le profil du célèbre fantôme qui lui a en outre valu son nom.

Elle présente une nageoire dorsale très recourbée et pointue.

Gaspar, 2 août 2016
Gaspar, October 6th, 2013 © GREMM
© René Roy

Son histoire

Cette femelle rorqual à bosse est connue sous le nom de « Boom Boom River (BBR) » en Gaspésie et aux Îles Mingan. Ce surnom fait référence à la municipalité de Rivière-au-Tonnerre, localement appelée « BBR ». C’est tout près de cet endroit que le MICS aurait effectué les premières observations de l’individu en 2005, soit son année de naissance.

Gaspar est la fille de la femelle Helmet (H166). Helmet est suivie par le MICS depuis 1990 et est connue comme une adepte des régions de Blanc-Sablon et de la Minganie. C’est dans ces régions que Gaspar a passé son premier été ; toutefois, l’année suivante, la jeune femelle a opté pour une visite de l’estuaire. Elle a ainsi brisé la règle voulant qu’un jeune rorqual à bosse retourne se nourrir à l’endroit où sa mère l’a amené. Gaspar a adopté le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent et y a été observée tous les ans depuis 2006, à l’exception de 2008.

En 2017, l’équipe du MICS lui a posé une balise à ventouse alors qu’elle se trouvait en Gaspésie. Les données prises par la balise devraient nous informer les chercheurs sur son comportement de plongée et son état de santé.

Observations history in the Estuary

2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

Years in which the animal was not observed Years in which the animal was observed

Latest news from the publications Portrait de baleines

Gaspar was seen with her first calf in the Gaspé Peninsula in early July, then in the Saguenay–St. Lawrence Marine Park. Female humpback whales reach sexual maturity around their sixth year of life. So why hadn’t a calf ever been documented for Gaspar, who is nearly 15 years old? It’s hard to say. Bringing a pregnancy to term requires sufficient food to meet the mother’s energy needs and those of the baby. Stressful situations, such as entanglement, interfere with the ability to reproduce. Perhaps Gaspar simply hadn’t found a male. But now that we know Gaspar is fertile, maybe we’ll see her with a new calf in two or three years.

Gaspar is back in the Marine Park! This humpback whale has been known since 2006 and is recognizable by its under-tail pattern. On her right lobe, one can make out the shape of a ghost, which is where she gets her name. Another distinctive feature is her dorsal fin, which shows a pronounced curve and a pointy tip. In the Gaspé and Mingan Archipelago regions, she is nicknamed BBR, or “Boom Boom River”, the local name of the municipality of Rivière-au-Tonnerre, where she spent her first summer. A the time, the team from the Mingan Island Cetacean Study (MICS) identified her together with her mother Helmet (H166). Since 2006, Gaspar has visited the St. Lawrence Estuary every year. She is now 13 years old.

Humpbacks and fin whales seem to be particularly abundant this summer! As for blue whales, captains and observers at sea have been reporting that they have not been staying long in the Marine Park. This week, however, several big blues were observed, including at least one with a calf, the famous Jaw-Breaker. Of course, every season is different! During the feeding period, the presence or absence of whales is influenced by the distribution of food and prey. During the months of June and July, numerous observations of capelin were reported in the St. Lawrence Estuary. Like herring, capelin is a forage species, which means it is not at the top of the food chain. It therefore serves as food for other species. These species feed on krill, one of the blue whale’s favourite foods. This species seeks immense plumesof these small planktonic crustaceans to feed on. Could the strong presence of capelin schools this season have contributed to smaller concentrations of krill in mid-summer? Might they have been responsible for the unusually brief incursions of blue whales in the region? For sure, these schools of capelin were appreciated by humpbacks, which prefer fish over plankton.

Par Audrey Tawel-Thibert

Vue au début du mois de juin en Gaspésie, où on lui a posé une balise à ventouse pour mieux comprendre son comportement de plongée et son état de santé, Gaspar (H626) est maintenant dans l’estuaire ! C’est le visage d’un fantôme souriant qui se profile dans les rainures du lobe supérieur droit de sa queue qui est à l’origine du nom de Gaspar. Sa nageoire dorsale contribue aussi à l’identifier facilement : elle est très courbée et se termine en pointe affutée.

Cette femelle rorqual à bosse est surnommée Boom Boom River (BBR) en Gaspésie et aux iles Mingan. Elle fut baptisée ainsi dans le golfe en référence à la municipalité de Rivière-au-Tonnerre, appelée localement BBR, près de laquelle les premières observations de H626 avaient été rapportées par la Station de recherche des iles Mingan (MICS), en 2005.

Les mégaptères sont bien appréciés du public ; leur popularité est principalement due aux comportements spectaculaires que l’on peut admirer chez cette espèce. Queue présentée gracieusement au moment de la plongée, coups frappés à la surface de l’eau avec des nageoires pectorales longues de quelques mètres, claquements de queue répétitifs, tête hors de l’eau (« spyhops »), sauts acrobatiques ; ce sont là des manœuvres impressionnantes qui font le bonheur des observateurs.

Les techniques d’alimentation sont tout aussi saisissantes : c’est le cas des filets de bulles que l’on peut remarquer en surface, produits grâce à l’évent ou à la gueule des cétacés (c’est une question encore débattue) et qui constituent un rideau de bulles à l’allure conique visant à rassembler et emprisonner les proies. Gaspar a justement été surprise à exploiter cette méthode récemment, et les croisiéristes ont même pu repérer des bulles à la surface de l’eau !

Vue aérienne d’un rorqual à bosse utilisant la technique des filets de bulles. © Duke Marine Robotics And Remote Sensing Lab (Flickr)

Une spécificité intéressante, propre aux rorquals à bosse de l’Alaska du Sud-Est, implique plusieurs individus qui s’attaquent à un banc de proies ; une seule baleine produit un cercle de bulles pour retenir les poissons (souvent des harengs) alors qu’une autre s’occupe d’émettre des vocalisations puissantes destinées à effrayer le butin qui va alors se resserrer. Gueules grandes ouvertes, les rorquals poussent alors la nourriture à la surface et engouffrent leur festin en se roulant.

Gaspar, known as Boom Boom River (BBR) in the Gaspé, is recognizable by the colour pattern on the underside of her tail. Her right lobe shows the shape of the famous ghost to which she owes her name. Also, her dorsal fin is curved and pointed in shape. Gaspar was observed in the Marine Park on July 29, 2016. Born in 2005, she followed her mother Helmet, a regular visitor to the waters off the coast of Blanc Sablon and the Mingan region. She first visited the Estuary alone the year after she was born. She has been observed there annually ever since. Gaspar is one of the young humpback explorers who have adopted the Saguenay-St. Lawrence Marine Park. She has been photo-identified by the Mingan Islands Cetaceans Society (MICS) and is part of their humpback whales identification catalogue.

Gaspar is a humpback whale, which is one of the species targeted by visitors. To spot humpbacks, one must watch offshore from land-based sites or aboard cruise ships, with the naked eye or with binoculars. Whenever large, powerful blasts are being blown into the air, it is a sign that large whales are in the area. This is also a good sign to identify them! Fin whale? Blue whale? Or humpback? A large column-shaped spout visible several kilometres away is that of either a blue whale (over 6 metres high) or fin whale (4 to 6 metres high). That of the humpback whale is wider and cauliflower-shaped. As for minke whales and belugas, their spouts are smaller, which makes them difficult to see, but not impossible! However, the weather conditions can easily fool us!

Gaspar, known as Boom Boom River in the Gaspé, where she spent a considerable part of the summer, was seen in the Marine Park (Fosse à François sector) by the GREMM – Fisheries and Oceans Canada team on Wednesday, August 5 around 6 am. Since then, she has been seen every day, sometimes in the company of fellow humpback Aramis.

Born in the warm Caribbean waters in the winter of 2004-2005, this female humpback followed her mother Helmet for her first spring migration to the St. Lawrence. Helmet has been been faithful to the Blanc-Sablon and Mingan regions since 1990 (according to observations by the Mingan Island Cetacean Study, (MICS). The following year, 2006, Gaspar was already back exploring the Estuary without her mother. That summer, Gaspar was often seen swimming in tandem with Pi-rat, a young male born the same year as her. These associations between humpbacks are generally unstable and short-lasting. The following year, Pi-rat and Gaspar were still seen together, though much less often. Since this initial observation in 2006, Gaspar has visited the Estuary every year. She owes her name to the ghost-shaped marking on the upper side of her right fluke, in the white part. Another way to recognize her is by her highly curved and pointy dorsal fin.

 

On August 5 at 6:25 am, a VHF tag was installed on Gaspar’s back. In the course of this tracking, the tag recorded a feeding period in deep waters (up to 120 m), followed by a period of shallower dives with no signs of feeding. We recognize these periods as a function of the “shape” of the dives recorded by the tag. A V-shaped dive is a sign of an exploratory dive while a U-shaped dive characterizes a feeding period. A prolonged period at the surface reveals either a period of rest or travel.

Si Gaspar passe du temps dans l’estuaire chaque été, elle se déplace aussi dans le Saint-Laurent. Le 17 mai, elle a été vue en Gaspésie par le MICS et par un membre du GREMM; le 3 juillet, première observation dans l’estuaire par le GREMM avec Tic Tac Toe et Irisept; mi-juillet, à Gaspé; depuis le 30 juillet, à nouveau dans l’estuaire.

Gaspar a neuf ans cette année. Ayant atteint sa maturité sexuelle à cinq ans, elle serait en âge de procréer. Peut-être la verra-t-on au cours des prochaines années avec un jeune à ses côtés? Les femelles rorquals à bosse donnent naissance à un seul baleineau, dans des intervalles variant d’un à cinq ans. La gestation dure 11 à 12 mois et l’allaitement 5 à 10. Les petits restent un an, voire deux avec leur mère.

Si nous pouvons raconter l’histoire de Gaspar, si nous connaissons son sexe et savons qui est sa mère, c’est grâce à la technique de biopsie (biopsie de Gaspar effectuée par le MICS en 2005). On prélève cet échantillon de peau avec une arbalète projetant une flèche sur le dos de l’animal. Le dard de la flèche se remplit de quelques grammes à peine de peau et de gras. Avec les cellules de la peau, un laboratoire effectue l’analyse de l’ADN de l’individu. Aux chercheurs ensuite de comparer les séquences génétiques de deux ou plusieurs individus pour établir leur éventuel lien de parenté. Dans le cas de Gaspar et de sa mère Helmet, les deux femelles ont subi une biopsie. Le fait de les voir ensemble à plusieurs reprises en 2005 a fourni le premier indicateur de leur filiation.

Gaspar fait partie de cette poignée de jeunes rorquals à bosse qui ont adopté le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent. Son premier séjour dans la région remonte à 2006, où elle (et oui, il s’agit d’une femelle…) était venue en compagnie d’un autre rorqual à bosse âgé d’un an, Pi-rat. Ces deux jeunots étaient devenus la coqueluche de l’industrie d’observation, et un concours avait été organisé par le GREMM, conjointement avec le MICS, pour leur trouver des noms appropriés.

L’expertise du MICS avait permis de cibler, dans le patron de coloration sous la queue, les marques qui avaient le plus de chances d’être permanentes, car, chez cette espèce, le patron de coloration se modifie au cours des premières années de vie. À partir de ces marques, les suggestions ont fusé, une liste de finalistes a été constituée, et les gens de l’industrie d’observation sont passés au vote. Gaspar doit son nom au célèbre gentil fantôme, qu’on aperçoit au bout du lobe droit.

Cette année, elle est arrivée dans le parc marin le 25 juin, et a souvent été vue en compagnie de Tic Tac Toe. Des collaborateurs du MICS l’ont photographiée en Gaspésie à la mi-juillet, où elle est surnommée « Boom Boom River ». Le 4 août elle était photographiée par le GREMM à son retour dans le parc marin. Toute une voyageuse!

Dernière heure : Gaspar a été équipée d’une balise le 7 août vers midi, dans le cadre du projet GREMM/Pêches et Océans Canada visant le suivi télémétrique des rorquals du parc marin.

La voici en photos :

Troisième jeune rorqual à bosse à faire son apparition dans le parc marin cet été, Gaspar avait été signalée en Gaspésie au mois de juillet. Elle n’a pas peur d’avaler les kilomètres pour visiter ses secteurs d’alimentation préférés! Sa mère, Helmet, connue du MICS depuis 1990, est plutôt une adepte des régions de Blanc-Sablon et Mingan. C’est là qu’en 2005 elle a amené Gaspar, lors de son premier été. Mais Gaspar, exploratrice, brise la règle qui veut qu’un jeune rorqual à bosse retourne se nourrir sur les lieux où sa mère l’a amené. C’est une fidèle de l’estuaire du Saint-Laurent, qu’elle visite tous les ans depuis 2006.

Les rorquals à bosse sont très appréciés des naturalistes et des capitaines de la région : acrobate et exubérante, cette espèce saute parfois hors de l’eau ou tape la surface avec sa queue ou ses longues nageoires pectorales. Ces nageoires sont d’ailleurs uniques dans le monde animal : elles mesurent le tiers de la longueur totale de la baleine et leur bord d’attaque est dentelé et couvert de petits tubercules. Cette caractéristique a fait l’objet d’une étude publiée récemment : les chercheurs américains ont déterminé que ce relief améliorait la manœuvrabilité et les performances du rorqual à bosse, et ils proposent même d’appliquer cette découverte aux ailes d´avion et aux pales d’éoliennes! À quand un Boeing aux ailes de rorqual à bosse?

Son nom est le résultat d’un concours organisé lors de son premier séjour dans le parc marin. Les gens de l’industrie d’observation de la région avaient retenu ce vocable en l’honneur du célèbre gentil fantôme, qu’on aperçoit au bout du lobe droit.